Le directeur du Financial Crimes Enforcement Network (FinCEN) s’est exprimé au sujet des cryptodevises anonymes lundi. Il estime que les règles de lutte anti-blanchiment d’argent (AML) doivent s’appliquer à toutes les formes d’actifs.

 

Les cryptodevises anonymes dans le viseur du FinCEN

Le FinCEN fait partie de l’arsenal des gendarmes financiers américains : il lutte contre les crimes financiers, en particulier le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Son directeur, Kenneth Blanco, a fait savoir son opinion sur les entreprises qui permettent des transactions anonymes grâce aux cryptos, comme le rapporte CoinTelegraph. Il indique que les firmes du secteur de la FinTech doivent suivre les règles AML “comme tout le monde”.

Selon Blanco, il n’est tout simplement pas possible de laisser des transactions passer entre les mailles du filet, afin de lutter contre la criminalité. Il explique : “Il y a une raison pour laquelle vous voulez savoir qui se trouve de l’autre côté d’une transaction. La personne pourrait s’adonner à une forme d’activité illicite. Que ce soient des opioïdes ou du trafic d’êtres humains de l’autre côté, vous voulez savoir qui elle est.

Le directeur du FinCEN détaille également les informations nécessaires pour se conformer aux exigences de l’organe de surveillance : “Tout ce que nous demandons, c’est un nom, une adresse, un numéro de compte, la transaction, le destinataire et le montant.” Et poursuit : “Lorsque vous me dites que vous ne savez pas qui est à l’autre bout, vous avez un gros problème. Car vous êtes censés le savoir.

 

L’anonymat des cryptos : en danger en 2019

Les cryptodevises anonymes et les entreprises qui proposent des services d’anonymat sont attaquées de toutes parts en 2019. A mesure que l’intérêt des gouvernements et régulateurs pour le secteur des cryptos s’est manifesté, les mesures anti-anonymat se sont elles aussi développées. Le G20 a soutenu les recommandations extrêmement strictes du Groupe d’Action Financière, qui obligent les exchanges à recueillir et transférer des renseignements sur les clients utilisant leurs services.

Aux Etats-Unis, le gouvernement américain a également annoncé vouloir trouver un moyen de pister les transactions effectuées en Monero (XMR) et Zcash (ZEC), les deux cryptodevises anonymes les plus connues. En France, la Commission des Finances avait également expliqué vouloir mettre le holà. Son président Eric Woerth avait déclaré vouloir « condamner […] la mise en circulation de crypto-actifs visant délibérément à maintenir l’anonymat de leurs détenteurs ».

 

La préservation des cryptodevises anonymes sera donc un enjeu capital pour les mois et années à venir au sein de l’écosystème. On le savait, la régularisation du secteur allait forcément mettre en péril ce que les défenseurs des monnaies virtuelles considèrent comme une vertu. Reste donc à voir s’ils parviendront à la conserver.

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments