Facebook admet que la Libra ne sera peut-être jamais lancée

 

Libra

 

Dans son dernier rapport trimestriel, Facebook a rappelé aux investisseurs que la Libra pourrait ne pas voir le jour ou que celle-ci pourrait être reportée tant que des accords ne sont pas trouvés entre les partis. Selon CNBC, l’entreprise a averti ses investisseurs sur le fait que des risques d’annulation ou de report sont réels.

 

Des doutes sur la faisabilité du projet

Facebook a déclaré à ses investisseurs que même si l’entreprise prévoit lancer la Libra l’an prochain, certains facteurs pourraient totalement empêcher sa diffusion. Dans la section sur les facteurs de risque du document, la compagnie admet l’importance du repoussement exercé par les organismes de réglementation à l’égard de son projet de stablecoin :

Le projet Libra a fait l’objet d’un examen minutieux de la part des gouvernements et des organismes de réglementation dans plusieurs juridictions et nous nous attendons à ce que cet examen se poursuive. En outre, l’acceptation de cette devise par le marché est sujette à une grande incertitude. Par conséquent, rien ne garantit que la Libra ou nos produits et services associés seront disponibles en temps opportun ou qu’ils le seront. Nous n’avons pas d’expérience antérieure importante en matière de monnaie numérique ou de technologie de la blockchain, ce qui pourrait avoir une incidence défavorable sur notre capacité à développer et à commercialiser avec succès ces produits et services.

L’entreprise annonce clairement qu’un investissement dans le projet reste particulièrement risqué :

Nous engagerons également des coûts accrus en raison de notre participation dans la Libra Association et du développement et de la commercialisation des produits et services connexes, et nos investissements pourraient ne pas être fructueux. L’un ou l’autre de ces événements pourrait avoir une incidence défavorable sur nos activités, notre réputation ou nos résultats financiers.

 

Facebook aurait-il vu trop grand ?

Le rapport conclut qu’une porte-parole de Facebook a déclaré que l’engagement avec les régulateurs, les décideurs politiques et les experts est essentiel au succès du projet. Le CEO Mark Zuckerberg a également admis en partie que le géant de l’Internet était devenu trop puissant, ajoutant que l’entreprise « aurait probablement simplement fait son apparition et essayé de sortir un produit par ses propres moyens. »

Il a ajouté qu’ils laisseraient ouverte une période aussi longue qu’il le faudra pour répondre aux questions des organismes de réglementation, des différents experts et des citoyens. En pratique, Facebook n’a pas d’autres choix, l’entreprise a beaucoup fait parler d’elle au cours des deux dernières années, pour de mauvaises raisons. La confiance accordée à l’entreprise est devenue de plus en plus faible de la part des gouvernements et des utilisateurs de leurs différents services.

 

La Libra bénéficie pourtant d’investisseurs majeurs, tels que Visa, MasterCard et PayPal, mais a presque immédiatement suscité le scepticisme des organismes de réglementation et des représentants élus des États-Unis et dans le reste du monde. Lors d’une audience du Comité sénatorial des banques concernant la Libra le 16 juillet, les politiciens des deux partis ont demandé au responsable de Calibra, David Marcus, de ralentir les plans pour un lancement en 2020.

 

Clément

Achetant son premier Bitcoin en 2017, Clément se rend vite compte de son attirance pour le monde des cryptomonnaies. Il croit fermement en cette technologie et qu'elle révolutionne déjà de nombreux secteurs.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar