L'une des plus célèbres des cryptomonnaies privées, le Monero (XMR), est considérée par Europol comme complètement intraçable.  En effet, cette dernière permet de procéder à des transactions complètement anonymes, au contraire du Bitcoin (BTC) où toutes les informations relatives aux transactions sont rendues publiques.

Europol est une agence européenne missionnée par l'Union européenne pour aider les États membres à lutter contre la criminalité internationale, telle que la circulation de stupéfiants, les atteintes à la propriété intellectuelle, la cybercriminalité, la contrefaçon de l'euro et le terrorisme. L'agence sert de pôle de coopération, d'expertise et de renseignement en matière de lutte contre la criminalité.

 

Le nouvel eldorado du blanchiment d'argent ?

Lors d'un webinaire de la Blockchain Alliance sur les cryptomonnaies privées du 10 décembre 2019, Jerek Jakubcek, analyste pour Europol, a alors donné l'exemple d'une enquête menée par son service qui n'a pas abouti, car le suspect aurait utilisé la blockchain du Monero. Les enquêteurs auraient perdu la trace du suspect dès que celui-ci s'est tourné vers l'utilisation de la cryptomonnaie privée :

Dans la mesure où le suspect a utilisé une combinaison de TOR et de Monero, nous n'avons pas pu tracer les fonds. Nous ne pouvions pas tracer les adresses IP, ce qui veut dire que nous avions atteint la fin de la piste. Ce qui s'est passé sur la blockchain du Bitcoin était visible et c'est pourquoi nous avons pu aller raisonnablement loin. Mais avec la blockchain de Monero, c'est là que l'enquête s'est terminée. C'est un exemple classique de l'un des nombreux cas que nous avons eus où le suspect a décidé de transférer des fonds de Bitcoin ou d'Ethereum vers Monero.

La vidéo complète du webinaire, non disponible publiquement, peut être visionnée ici. Pour les anglophones, la partie qui concerne le Monero débute à 23:53.

 

Les cryptomonnaies privées menacées ?

Lors du webinaire, Dave Jevans, fondateur et CEO de CipherTrace, une société d'analyse des blockchains et de leur sécurité d'utilisation, présente des données relevées par son entreprise. Selon ses propos, seulement 32% des exchanges des plus importants du marché permettent actuellement le trading de cryptomonnaies privées. Ce taux tendrait à diminuer au fil des mois menaçant de plus en plus l'utilisation de ce type particulier de crypto-actifs.

En effet, il présente ensuite un diagramme circulaire donnant des informations sur les processus de vérification d'identité (KYC) que les exchanges font passer à leurs utilisateurs. Ce serait donc 63% des exchanges où le trading des cryptomonnaies privées est possible pour lesquels le KYC est faible ou perméable. Les plateformes ne demandant pas ou peu d'informations sur ses clients seraient donc des points d'entrée parfaits pour ceux souhaitant pleinement utiliser le potentiel privé de Monero :Kyc Exchange

La complexification récente des KYC des plateformes d'échanges est due à de nouvelles directives contre le blanchiment d’argent  qui seront effectives en Europe à partir du 10 janvier 2020. Publiée en juin 2018, la 5e Directive Anti-Blanchiment d’Argent de l’Union européenne (AMLD5) est une directive que les États membres devront transposer dans leur législation nationale au plus tard en janvier prochain.

Dans le cadre de l’AMLD5, les exchanges ainsi que les fournisseurs de wallets seront pour la première fois soumis aux règles de l’UE en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. La loi exige alors l’enregistrement et le devoir de vérification préalable de la clientèle, ce qui oblige les opérateurs à divulguer l’identité de leurs utilisateurs et à signaler les activités qu'ils considèrent comme suspectes.

 

En l'état actuel des choses, les cryptomonnaies les plus privées telles que le Monero et le ZCash sont grandement menacées par l'AMLD5 et sont également sous l’œil attentif des différentes institutions de lutte contre la criminalité. Ces raisons pourraient à elles seules contribuer à la raréfaction de ces monnaies sur les exchanges européens dans un avenir proche. Le point positif de cette mesure reste néanmoins que de tels crypto-actifs serviront probablement moins les causes criminelles.

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments