Partager cet article :

La firme d’analyses Chainalysis a récemment publié une étude sur les BTC illicites, et la manière dont leurs détenteurs essaient de les blanchir. Elle conclut qu'en 2019, 2.8 milliards de dollars ont été envoyés sur les exchanges par des criminels, dont 50% sur Binance et Huobi. Cela met en question l’efficacité des procédures de vérification d’identité pratiquées par les plateformes d’échange.

 

Les exchanges : de plus en plus utilisés pour blanchir des BTC

Comme l’explique le rapport, la manière dont les criminels essaient de transformer leurs BTC en FIAT a évolué. Parmi les destinataires de ces fonds, les exchanges occupent une part de plus en plus importante, comme le montre ce graphique :

 

Destination Bitcoins BTC illicites

Source : Chainalysis

 

À l’origine, les destinataires « risqués » comme les services de mixage, les exchanges à risque ou les sites de pari occupaient une part non négligeable. Puis à partir de la fin 2017, ce sont les exchanges qui ont commencé à être les destinataires de ces fonds. Depuis 2019, il s’agit des espaces sur lesquels transitent le plus de BTC obtenus de manière illégale. Une part non négligeable est également destinée à des services illicites, disponibles notamment sur le Dark net.

👉 Découvrez notre fiche info sur le BTC

 

Quelles méthodes utilisent les criminels ?

La palme des exchanges ayant reçu le plus de fonds illicites en BTC est attribuée à Binance et Huobi. À eux deux, ils totalisent la moitié des transferts de BTC « sales » vers les plateformes d’échanges :

 

Source : Chainalysis

 

Ce chiffre peut sembler surprenant quand on sait que Binance et Huobi ont tous deux des processus d’inscription assez musclés, avec des KYC (Know Your Customer) qui nécessitent d’identifier précisément le détenteur du compte.

👉 Notre classement des meilleurs exchanges BTC est disponible ici !

 

Selon Chainalysis, les criminels contrent ces mesures en utilisant des courtiers OTC (Over The Counter). Ces derniers interagissent avec les exchanges en leur nom, ce qui permet aux criminels de rester dans l’ombre, les procédures KYC de ces courtiers étant bien plus laxistes. Comme l’explique Chainalysis, « Il est impossible de savoir le volume exact du marché OTC, mais nous savons qu’il est énorme ».

Typiquement, les criminels envoient de grandes sommes en BTC à leur courtier, qui les transfère sur les exchanges, avant parfois de les échanger contre une monnaie stable comme Tether (USDT). Cela leur permet ensuite de retirer l’argent en FIAT à leur convenance.

Chainalysis conclut cette analyse en expliquant avoir listé 100 courtiers OTC ayant procédé au blanchiment de ces capitaux, dont 70 sur Huobi. Leur poids est conséquent :

« Au total, ces 70 courtiers OTC ont reçu 194 millions de dollars en Bitcoin de la part d’entités criminelles en 2019. »

 

Des réglementations peu efficaces ?

Il est intéressant de noter que les mesures récentes visant l’anonymat des exchanges, comme les recommandations du GAFI, ont a priori un effet limité sur ce type de blanchiment de fonds, bien que cela soit leur but. La solution à ce problème viendra donc des exchanges, selon Chainalysis :

« Nous lançons également un appel aux exchanges afin qu’ils procèdent à des vérifications préalables plus poussées des courtiers OTC […]. La plupart des exchanges […] rassemblent déjà des données KYC sur leurs clients, comme le demande la loi dans la plupart des juridictions. Notre analyse montre qu’ils doivent étendre cette surveillance aux services OTC »

 

Ces données montrent en tout cas que quand il s’agit de lutter contre la « crypto-criminalité », il faut prendre en compte le système dans son ensemble, et pas seulement une catégorie d’acteurs comme les exchanges.

 

RECEVEZ UN RÉCAPITULATIF DE L'ACTUALITÉ CRYPTO CHAQUE DIMANCHE

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdataSite de Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

Partager cet article :

Poster un Commentaire

avatar