Un problème de synchronisation

Récemment, plusieurs opérateurs de nœuds du réseau Ethereum ont signalé sur Github que Parity-Ethereum et OpenEthereum (versions 2.7 et ultérieures) n'effectuaient plus correctement les synchronisations, et qu'ils étaient contraints de redémarrer le logiciel à chaque manifestation de ces dysfonctionnements.

Commentant la situation, un développeur d'OpenEthereum a indiqué ce qui suit :

« L'équipe actuelle de l'OE [OpenEthereum] a sorti la version 3.0 à partir de la branche 2.7 sans savoir que la version 2.7 n'était pas prête pour la production. Nous y travaillons depuis des mois sans succès, et le hard fork Berlin est chaque jour plus proche ».

Il a également invité les utilisateurs de cette interface à rétrograder leur logiciel à « la branche 2.5.13, qui est la version la plus stable connue à l'heure actuelle ».

Il a conclu son discours en annonçant qu'une mise à jour basée sur cette version était en préparation, avec un déploiement prévu pour la mi-septembre.

👉 Découvrez toute notre actualité sur Ethereum

Un pépin en suivant un autre...

Cependant, cette solution soulève une seconde difficulté, car le retour de la version recommandée pourrait prendre plusieurs mois.

En effet, cela nécessite une synchronisation depuis le point de départ, ce qui, selon la configuration de chaque nœud, pourrait demander un temps relativement important.

Par ailleurs, Parity-Ethereum a récemment été cédé à OpenEthereum. Marcelo Ruiz De Olano, chef de projet chez OpenEthereum, aurait confié à Coindesk que de très gros bémols concernant l'utilisation de la mémoire et du disque avaient été découverts par son équipe après acquisition.

Cela peut se justifier par le fait que Parity Technologies, la société à l'origine de Parity-Ethereum, avait arrêté la maintenance de ce projet en décembre 2019, prétextant un problème de coûts.

Une mise à niveau de ce système entraînera donc des coûts financiers et un investissement en temps considérables.

Découvrez l'Ether sur Binance »

S'ouvrir au maximum de profils de programmeurs

Ces problèmes surviennent à un moment où la diversification des langages de programmation est un enjeu majeur pour les développeurs Ethereum.

En effet, ils ont décidé il y a quelques semaines de reporter le lancement du hard fork Berlin pour essayer d'équilibrer les scores et ouvrir les portes de la communauté aux développeurs qui utilisent d'autres langages.

Selon Ether Nodes, Parity-Ethereum et OpenEthereum couvrent actuellement 18,67% des nœuds du réseau Ethereum, chacun détenant respectivement 11,20% et 7,47%.

Au premier rang, nous retrouvons Go Ethereum (Geth). Le client développé par la fondation Ethereum est responsable de 78,98% des nœuds.

Pour rappel, Go Ethereum permet des implémentations en Go. Quant à eux, Parity-Ethereum et OpenEthereum supportent le langage de programmation Rust.

👉 Lisez aussi : Comment créer son nœud Ethereum avec Geth ?

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation

Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

A propos de l'auteur : Junie Maffock

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Avec un fort intérêt pour la blockchain et les cryptos, je souhaite contribuer à la vulgarisation de ces technologies. Je suis également très intriguée par les méthodes d'apprentissage ludiques et actives.
Tous les articles de Junie Maffock.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments