Partager cet article :

 

La société-mère de l’altcoin Eos (EOS), Block.one, a ouvert des bureaux à Arlington, en Virginie, dans l’agglomération de Washington, comme elle l’explique dans un communiqué paru en début de semaine. L’entreprise souhaite consolider ses appuis aux Etats-Unis, bien que ses producteurs de blocs soient majoritairement situés en Chine.

 

Block.one s’exporte à Washington

L’entreprise Block.one avait déjà des bureaux à Hong Kong, Los Angeles, et Blacksburg, et elle renforce sa présence sur le territoire américain. Son directeur, Brendan Blumer, explique qu’il s’agit d’un choix stratégique pour l’éditeur de l’altcoin : “Nous sommes enthousiastes à l’idée de nous installer à Arlington, en Virginie pour en faire notre QG aux Etats-Unis. La région profite d’une riche combinaison de talents dans la sécurité, l’ingénierie et l’informatique, que nous recherchons. Sa proximité avec des positions cruciales pour la nation nous positionne au plus près des innovations politiques qui entourent les actifs digitaux et la technologie des registres distribués.

Cette expansion devrait permettre de créer 170 emplois au cours des trois prochaines années. Cela permettra à cette nouvelle localité de dépasser celle de Blacksburg, qui compte à l’heure actuelle 80 emplois. Comme le rappelle le communiqué, la Virginie est le second pôle national dans le domaine de la Tech, elle rassemble de nombreux travailleurs spécialisés.

 

Quel futur pour Eos ?

Le communiqué de Block.one semble confiant quant à l’avenir d’Eos. Il rappelle que le domaine de la blockchain est censé croître de manière nette pendant les prochaines années. Un rapport de L’International Data Corporation (IDC) indique ainsi que le secteur connaîtra une croissance de 76%, avec des dépenses qui atteindront 12.4 milliards de dollars en 2022.

La blockchain d’Eos a cependant été critiquée ces derniers temps. Son manque de décentralisation a été mis à jour par une analyse récente. Malgré cette implantation aux Etats-Unis, la grande majorité des producteurs de blocs, qui détiennent une grande partie du capital d’Eos, sont en effet situés en Chine. Son fonctionnement est déjà très centralisé par nature, cela concentre donc encore plus les pouvoirs entre les mains de quelques participants.

Cela n’empêche cependant pas l’altcoin de se développer. Lundi dernier, il a procédé à son premier hard fork, qui s’est déroulé sans heurts. A l’heure actuelle, son market cap dépasse 2 600 000 000 dollars, après avoir chuté nettement lors du “flash crash” qui a affecté le Bitcoin (BTC) et les altcoins en milieu de semaine. Son prix a également baissé, passant de 3.83 dollars à 2.87 dollars.

 

RECEVEZ UN RÉCAPITULATIF DE L'ACTUALITÉ CRYPTO CHAQUE DIMANCHE

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdata twitter-soothsayerdata Site de Marine DebelloirMail de Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

Partager cet article :

Poster un Commentaire

avatar