En février 2020, Tap Global a lancé en Europe la première cryptocarte émise et approuvée par Mastercard, grâce à Transact Payments Limited. Après deux mois, Arsen Torosian, le CEO de Tap, a accepté de revenir sur les étapes qui ont jalonné l’aventure de son équipe jusqu’à ce lancement, les éléments réglementaires pour ce secteur en pleine émergence, ainsi que livrer de manière transparente où en est Tap actuellement et quels sont les objectifs de l’entreprise dans le futur.

Tap Global c’est avant tout une application comprenant des portefeuilles crypto et des portefeuilles fiat en euros ou livre sterling. Mais c’est aussi la possibilité de faire du trading par le biais de plateformes d’échanges centralisées dans l’application, ainsi que d’avoir accès à ses crypto-actifs et de les dépenser par carte partout dans le monde. Si des projets existent déjà (Wirex, Crypto.com, Swipe…) c’est bien le premier à se voir autoriser à émettre une Mastercard. C’est aussi le premier projet à bénéficier de la très réglementée licence DLT (pour Distributed Ledger Technology).

 

La naissance de l’idée de Tap Global : cryptomonnaies et banques, un mauvais cocktail (à l’origine)

C’est en réalité en 2016 qu’émerge l’idée de Tap Global. Arsen Torosian, à l’époque courtier bitcoin, se démène avec les banques du Royaume-Uni pour pouvoir avoir accès à un compte bancaire. L’expérience lui apprend que crypto et banques ne font pas bon ménage. Dès lors, comme il le dit,

« Si j'ai des problèmes pour ouvrir un compte [en tant que professionnel travaillant avec les cryptomonnaies], cela signifie que d'autres ont le même problème ».

C’est dans ce contexte qu’il rencontre David Carr, expert de l’industrie du paiement, en 2017. Au même moment, Visa et Mastercard commencent à publier leurs premiers guides concernant leur rapport aux cryptomonnaies. David, actuelle COO de Tap, a en particulier permis la mise en place de l’équipe de développement. Et en 2018, le MVP est disponible.

« Le développement a commencé avant même notre incorporation à Gibraltar, dès avril 2018 […] Notre premier MVP était prêt en août 2018 ».

 

Licences, agréments, et cryptomonnaies : le respect des normes et la volonté de transparence

« La différence entre nous et les autres sociétés est que nous voulions d'abord être réglementés. En 2018, c'est d’ailleurs l’année où Gibraltar a publié le guide pour obtenir une licence DLT. Obtenir une telle licence permet d’apporter des garanties supplémentaires à nos utilisateurs, c’est à dire que nous faisons les choses correctement, de la bonne façon. Malheureusement, nous avons fait quelques erreurs lors de la demande de licence, il nous a donc fallu plus de 20 mois pour l'obtenir, mais nous avons finalement fini par l’avoir».

Tous les projets existants ne s’appuient pas forcément sur de telles réglementations. En effet, si des pays comme Malte ou l’Estonie proposent aussi un cadre réglementaire, il semble que celui-ci ne soit pas tout à fait aussi tourné vers l’innovation et l’accompagnement des projets pour Malte et pas tout à fait aussi sérieux pour l’Estonie. Ce mois-ci, des chiffres publiés mettaient d’ailleurs en avant que 70% des entreprises ayant postulée à une licence crypto à Malte ont décidé d’abandonner le processus. En Estonie, le processus semble beaucoup plus léger, et d’après Arsen Torosian, s’apparente plutôt au paiement de frais de dossiers qu’à un enregistrement réglementaire en bonne et due forme.

« À Gibraltar, nous parlons d'une licence qui a les mêmes normes et méthodes que la monnaie électronique. Nous avons une documentation de plus d’un millier de pages, avec les procédures et les éléments réglementaires, que nous avons dû faire à partir de zéro - ceci en collaboration avec le GFSC (le régulateur de Gibraltar) et TPL (l’émetteur de cartes pour Tap) ».

Le processus pour obtenir l’agrément de Mastercard a lui pris environ 8 mois pour l’équipe de Tap, avec un accord final en janvier 2019 – soit un an avant la mise sur le marché – alors que l’obtention de la licence DLT était en lui encore en cours.

« Ce n'était pas facile. Mais nous avons travaillé en étroite collaboration avec Mastercard et TPL pour nous assurer que tout ce que nous faisons est conforme. Par ailleurs tout ce que nous publions (communiqués de presse, site internet, réseaux sociaux) est approuvé ou au moins vérifié par nos partenaires, pour garder tout le monde satisfait ».

 

Un intérêt certain des utilisateurs, mais encore des incertitudes à la suite de l’épidémie de Covid19

Tap déclare avoir désormais plus 3 000 utilisateurs enregistrés en 2 mois. Ainsi que déjà un chiffre d’affaire de 200 000 euros obtenu grâce aux transactions crypto-fiat et fiat-crypto au sein de son application. En mars et en avril, la croissance a été de 30 à 40% à chaque fois. Néanmoins, comme le confirme Arsen, les objectifs d’expansion, prévus pour 2021, pourraient être revus.

« Tout dépend de l'acquisition et du comportement de l'utilisateur. Nous avons des applications du monde entier. […] Nous aimerions nous lancer aux États-Unis l’an prochain mais encore une fois, cela reste en suspens - et nous devons voir comment l’épidémie du coronavirus va affecter le marché. Nous pourrions adapter notre plan d'affaires et changer de cap si nécessaire ».

Pour ce qui est du Brexit, aucune inquiétude pour Tap, son émetteur de cartes et partenaire pour les portefeuilles de monnaies électronique (fiat) Transact Payments Limited est en cours d’obtention de sa licence dans un nouveau pays, Malte, pour rester passeporté dans l’Union européenne.

 

À propos de Tap Global

Tap Global Ltd (TAP) est une société basée à Gibraltar qui fournit aux clients des échanges en temps réel de cryptomonnaies, en utilisant plusieurs plateformes d’échanges à partir d'une seule application. Incluant plusieurs portefeuilles crypto et fiat, et couplant cela à une solution middleware propriétaire conçue sur mesure permet à TAP de faciliter les échanges de manière efficace et transparente.

La carte prépayée Mastercard® de Tap Global (le premier licencié DLT à travailler avec Mastercard) permet aux clients d’accéder facilement à leurs actifs numériques en les échangeant en devises traditionnelles pour leurs dépenses avec les commerçants qui acceptent Mastercard ou pour retirer de l'argent aux distributeurs automatiques de billets dans plus de 200 pays à travers le monde.

Pour plus d'informations, veuillez visiter www.tap.global.

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Vincent Kersuzan

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Passionné par les interactions entre secteur du paiement traditionnel et univers des crypto-monnaies, je m'intéresse en particulier aux cryptocartes et aux cryptobanques. Spécialiste en communication et marketing, j'aime observer et comparer ce qui se fait sur ce marché, interroger les équipes et découvrir les dernières innovations. Fondateur de Kryptopaid - comparateur de cryptocartes - je suis toujours à la recherche des nouveaux produits et services.
Tous les articles de Vincent Kersuzan.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments