Partager cet article :

 

 

HDR Global Trading Limited (HDR), société mère de BitMEX, a déclaré dans un communiqué publié le 19 août qu'il limite l'accès aux utilisateurs résidant aux Seychelles, à Hong Kong et aux Bermudes.

 

La liste des pays bloqués s'allonge

L'exchange basé aux Seychelles a déclaré qu'il avait décidé d'aller de l'avant avec sa décision d'assurer le « maintien de la conformité ». L'entreprise a expliqué qu'elle restreignait l'accès à ses dérivés Bitcoin (BTC) et à ses services de trading dans les régions qui accueillent son siège et son personnel.

Les trois juridictions rejoignent les États-Unis, le Québec, Cuba, la Crimée, l'Iran, la Syrie, la Corée du Nord et le Soudan sur la liste des pays n'étant plus autorisés à accéder à la plateforme. Ce sont pour des raisons réglementaires, BitMEX a ajouté ces nouveaux blocages par géolocalisation. Le communiqué détaille :

L'implication accrue des régulateurs auprès de tous les acteurs majeurs de l'industrie n'est pas seulement à prévoir, elle est aussi à saluer. C'est la mission des bons organismes de réglementation de veiller à ce que les honnêtes citoyens ne soient pas trompés. Pour cette raison, nous avons décidé de restreindre l'accès à BitMEX aux utilisateurs dans les juridictions où se trouvent les employés et les bureaux affiliés à HDR.

BitMEX a également donné raison au difficile rôle des régulateurs concernant le marché des cryptomonnaies en allant logiquement dans leur sens :

Une nouvelle ère de légitimité pour les exchanges de crypto-actifs : un avenir où les normes de fonctionnement du marché sont clairement spécifiées et maintenues, où la sécurité est primordiale et où les réserves financières sont indépendamment et fréquemment inspectées.

 

BitMEX sous haute surveillance

Le mois dernier, Bloomberg a révélé que la Commodity Futures Trading Commission est en train d'examiner l'exchange pour savoir si des citoyens américains l'utilisait, même si BitMEX prétend que sa plateforme ne leur est pas accessible. BitMEX étant l'un des exchanges où transite le plus de volume du marché des cryptomonnaies, il est sous une surveillance accrue de la part des différents régulateurs. Même si l'entreprise indique que l'impact financier sera minime, cela n'empêche pas le fait que la liste des pays bloqués s'allonge et commence à devenir assez importante.

Plus récemment, BitMEX a reçu un avis de la Advertising Standards Authority (ASA) du Royaume-Uni pour publicité mensongère. L'agence a conclu que l'exchange « n'a pas réussi à clairement illustrer le risque de l'investissement », « a exagéré le rendement de l'investissement » et « a contesté le caractère trompeur de cette publicité ».

 

Depuis le début de l'année, les nouvelles de ce type se multiplient et deviennent récurrentes. Binance a aussi fait face à des problèmes du même type et a dû prendre la décision de fermer l'accès à sa plateforme aux citoyens américains. Toutefois, l'entreprise lancera prochainement sa plateforme adaptée et réservée au marché des États-Unis, Binance US en restreignant le nombre de cryptomonnaies qui seront disponibles et qui répondent aux exigences des régulateurs du pays.

 

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Français expatrié en Corée du Sud, je m'intéresse depuis plusieurs années au Bitcoin, aux cryptomonnaies et aux technologies blockchain associées. Je crois fermement en ces innovations technologiques et qu’elles révolutionnent déjà de nombreux secteurs.
Tous les articles de Clément Wardzala.

Partager cet article :

Poster un Commentaire

avatar