Le gouverneur de la banque centrale britannique (Bank of England) a évoqué Libra lors d’une conférence diffusée le 11 juillet. Il estime notamment que l’altcoin de Facebook pourrait apporter des solutions à des problèmes systémiques du domaine financier.

 

Libra, un catalyseur selon la Bank of England

Comme l’explique CoinTelegraph, qui rapporte la nouvelle, le gouverneur Mark Carney a livré un constat plutôt pessimiste des services de paiements actuels : « Les paiements domestiques sont bien trop onéreux. Ils sont aussi bien trop lents, et cela est nuisible pour les consommateurs comme les entreprises. Cela empêche l’innovation, et il est également bien trop coûteux d’envoyer de l’argent à l’international. Cela soulève de gros problèmes d’inclusion financière »

Selon la Bank of England, Libra doit donc être considérée comme un catalyseur. Le stablecoin révélerait des problèmes systémiques qu’il ne faut pas ignorer : « Bien que nous essayions de nous attaquer à ces problèmes soulevés, nous devons en même temps absolument reconnaître le problème que [Libra] essaie de résoudre. Et si nous n’avons pas bien identifié ce problème, nous devrons quand même offrir des réponses aux vraies problématiques qui sont mises en lumière. »

Cette approche se démarque des réactions de certains autres régulateurs internationaux, notamment aux États-Unis. Carney semble indiquer qu’il ne sert à rien d’interdire tout de go une crypto-monnaie telle que Libra. Ce sont tous les facteurs qui ont conduit à son élaboration qu’il convient d’examiner, afin de comprendre ce qui pourrait pousser les consommateurs dans ses bras.

 

Libra réussira-t-elle son pari ?

C’est la question que tout le monde se pose. Comme le souligne la Bank of England, Libra pourrait venir bouleverser la manière dont les utilisateurs échangent de l’argent. Mais un aussi grand pouvoir implique aussi de grandes responsabilités, selon le gouverneur : « [Libra] sera couronnée de succès ou non. Mais si elle rencontre le succès, elle deviendra systémique, car elle inclura un nombre très élevé d’utilisateurs. Un protocole de paiement systémique doit offrir des résultats extrêmement fiables. Il doit être disponible tout le temps, et il ne permet pas de période d’essai. »

Libra devra donc être parfaite, ou risquer de décrédibiliser complètement le système proposé. La position de Carney semble réaliste : il ne sera pas possible d’empêcher le développement d’une crypto-monnaie élaborée par un groupe aussi puissant que Facebook. Sans compter que d’autres grands noms de la Tech suivront l’exemple. Il faut donc s’assurer d’avoir un cadre légal et régulatoire suffisamment solide pour entamer cette nouvelle ère.

 

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments