Les autorités chinoises ont interrompu les opérations de l'exchange BISS basé à Pékin. Une dizaine de personnes qui auraient été impliquées dans ses activités auraient été arrêtées. L'information a été rapportée par le média chinois Sohu, mais les raisons précises n'ont pas encore été dévoilées.

 

Des raisons encore floues

Selon le peu d'informations qui ont été rendues publiques à l'heure de l'écriture de cet article, les services fournis par l'exchange BISS étaient considérés comme illégaux pas les autorités chinoises. Plus spécifiquement, ces services ne répondaient pas à la réglementation du contrôle des capitaux en Chine.

Par l'intermédiaire d'une publication sur Medium le 18 novembre, l'exchange a abordé la question du retrait des fonds des utilisateurs. L'entreprise a confirmé que les autorités chinoises ont interrompu les opérations de la plateforme :

Selon des sources du marché, il est convenu que les activités de BISS ont été arrêtées à la suite d'une enquête menée par les autorités réglementaires chinoises concernant les services offerts aux utilisateurs, qui pourraient ne pas être conformes à la réglementation chinoise en matière de contrôle des capitaux.

L'exchange a également fait valoir que les opérations avaient été interrompues pendant que les autorités examinaient l'affaire afin de sauvegarder l'intérêt des utilisateurs. Le communiqué conclut qu'il a l'intention de coopérer pleinement avec les services chinois.

Dovey Wan, fondatrice de Primitive Ventures, une startup blockchain, a déclaré sur son Twitter le 22 novembre que le marché local était déjà au courant de cette fermeture depuis près de 2 semaines. La publication de cette évolution par les médias est intervenue assez tardivement. Dovey Wan a ajouté que BISS était une plateforme plutôt populaire localement qui connaissait une période de forte croissance ces derniers temps.

 

Un climat toujours aussi complexe

La Chine sévit en ce moment contre les exchanges opérant  à l'intérieur de ses frontières en vérifiant notamment qu'ils répondent bien aux différentes normes. Le pays semble poursuivre ses efforts pour prévenir la recrudescence des activités financières qu'il considère comme illicites sur son territoire.

Alors que la communauté crypto avait l'espoir que la Chine change de vision à l'égard des cryptomonnaies en raison de son investissement dans le secteur de la blockchain, la Banque centrale du pays à récemment réaffirmé ses positions.

Une mise à jour de la réglementation a été publiée, celle-ci visant à rappeler à sa population que le trading du Bitcoin (BTC) et des cryptomonnaies est une pratique prohibée. La Banque centrale a réaffirmé sa position contre les ICOs, les STOs et les IEOs ainsi que tout type de levée de fonds incluant des cryptomonnaies. Toutes ces activités étaient déjà et sont toujours considérées comme illégales. Cette mise à jour vise également à rappeler l'interdiction des plateformes enregistrées à l'étranger qui ouvrent leurs services aux résidents chinois.

 

Attention toutefois, il ne faut pas céder au FUD à la moindre annonce négative concernant les cryptomonnaies en provenance de Chine. Sa politique très restrictive face aux cryptomonnaies reste inchangée malgré l'intérêt que le gouvernement porte désormais à la technologie de la blockchain. Ces interdictions ne sont pas nouvelles et ont toujours été présentent sur le territoire.

 

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments