Partager cet article :

 

Afin d'encore une fois encourager l'adoption de sa cryptomonnaie nationale, le Petro, le président vénézuélien Nicolas Maduro a déclaré que les compagnies aériennes qui partent de Caracas, la capitale du pays, ont désormais l'obligation de payer leur carburant en Petro.

 

Maduro déterminé à ce que le Petro soit adopté

Dans son discours annuel à l'Assemblée constituante vénézuélienne, Maduro a affirmé que la compagnie pétrolière nationale, PDVSA, n'accepterait que le Petro en guise de paiement pour le carburant :

Je décrète que la vente de tout le carburant vendu par la PDVSA pour les avions opérant sur des lignes internationales se fera désormais en petros.

Le président aurait également déclaré que les taxes et les factures de services publics seront payées avec du Petro à l'avenir. Il a ajouté que le Petro pourrait permettre au Venezuela de devenir une terre prospère :

Nous ouvrons la voie à une nouvelle économie, pour briser les vieux protocoles et les bureaucraties. Nous construisons un monde pour la paix et l'intégration des peuples, leur bonheur et leur épanouissement.

Les compagnies aériennes pourront acheter du carburant en utilisant une PetroCard qui permet de convertir les devises internationales, y compris le dollar américain, en Petro.

Maduro n'a pas précisé si l'initiative s'applique aux compagnies aériennes vénézuéliennes exclusivement ou aux transporteurs internationaux également.

 

Une adoption inexistante ?

Malgré tous les efforts de Maduro et de son gouvernement pour promouvoir l'adoption de la cryptomonnaie nationale, ce dernier ne trouve toujours pas son public, même parmi les locaux.

En effet, les commerçants qui acceptent le Petro font souvent face à des problèmes techniques lors des transactions et cela freine quiconque souhaiterait se servir de ce moyen de paiement, aussi bien du côté du consommateur que de celui du commerçant.

👉 À lire sur le même sujet : Venezuela : les utilisateurs et les commerçants se plaignent du Petro.

Le fait que les États-Unis aient interdit l'utilisation de Petro et l'aient qualifiée d'escroquerie n'a pas non plus contribué à la popularité de la cryptomonnaie.

Une autre mesure de Maduro consiste à ce que le Petro soit utilisé pour payer les services de documents d'État, tels que les passeports. Jusqu'à présent, même les Vénézuéliens ont évité son utilisation autant que possible, car beaucoup ne savent toujours pas comment l'utiliser.

Dans sa campagne pour convaincre la population locale, Maduro indique que le Petro constitue un outil important dans la lutte contre la mafia. Maibort Petit, une journaliste vénézuélienne, l'a mentionné :

Beaucoup de gens ne veulent pas passer au Petro parce que leurs activités professionnelles sont liées au dollar. La mafia et les criminels n'aiment pas la cryptomonnaie parce qu'elle est hors de leur contrôle.

 

Avec cette nouvelle mesure, Maduro espère que la cryptomonnaie nationale gagnera en visibilité et surtout qu'il se trouve un véritable cas d'utilisation. Toutefois, rendre le paiement avec le Petro obligatoire et non optionnel ne semble pas être une solution sur le long terme et pourrait ternir à nouveau l'image de la cryptomonnaie nationale tout en ayant l'effet inverse.

 

RECEVEZ UN RÉCAPITULATIF DE L'ACTUALITÉ CRYPTO CHAQUE DIMANCHE

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Français expatrié en Corée du Sud, je m'intéresse depuis plusieurs années au Bitcoin, aux cryptomonnaies et aux technologies blockchain associées. Je crois fermement en ces innovations technologiques et qu’elles révolutionnent déjà de nombreux secteurs.
Tous les articles de Clément Wardzala.

Partager cet article :

Poster un Commentaire

avatar