Les autorités ukrainienne ont saisi de l’équipement de mining utilisé au sein d’une centrale nucléaire, selon les informations publiées hier par le site Unian. L’installation aurait conduit à la fuite d’informations capitales sur le système de sécurité de la centrale.

 

Du mining grâce à l’électricité de la centrale nucléaire

C’est le service de sécurité d’Ukraine qui a procédé à l’arrestation de plusieurs employés de la centrale nucléaire. Au cours de leurs recherche, ils auraient mis la main sur de nombreux équipements de mining qui auraient servi à se procurer des crypto-monnaies grâce à l’électricité produite par la centrale nucléaire. Selon les informations dont on dispose, ils auraient saisi des disques durs, des cartes graphiques, une carte-mère ainsi qu’un routeur, parmi d’autres équipements.

Le mining de cryptodevises représente un danger pour la sécurité de la centrale nucléaire. Les employés ne peuvent en effet pas apporter de matériel extérieur à la centrale, à cause de son statut de “secret d’état”. Au-delà du mining de cryptodevises, ce qui pose problème, c’est que l’installation aurait été connectée à Internet. Cela aurait donc permis de faire fuiter des informations cruciales sur le système de protection de ce site très surveillé.

 

La tentation du nucléaire pour les crypto-monnaies

Comme le rappelle CoinTelegraph, qui rapportait la nouvelle en février 2018, ce n’est pas la première tentative d’utiliser le nucléaire pour miner des cryptodevises. En Russie, des ingénieurs du Centre nucléaire fédéral russe avaient été arrêtés pour des raisons similaires. Ils avaient essayé d’utiliser un des superordinateurs russes, qui n’est normalement pas connecté à Internet, pour miner des tokens de Bitcoin (BTC). Ils avaient également été arrêtés.

Pour autant, la consommation globale d’électricité du Bitcoin, souvent critiquée par les écologistes, ne repose pas sur une production d’électricité nucléaire. La grande majorité des mineurs venant de Chine, leurs fermes sont alimentés par des centrales hydroélectriques… Ou des centrales à charbon. Le nucléaire est en effet une source d’énergie qui n’est pas utilisée partout dans le monde.

 

Récemment, le site Bitcoin.com émettait une hypothèse qui vient mettre en question cet usage du nucléaire. Il estimait que la blockchain pourrait aider les centrales nucléaires à se réguler. Plus précisément, la technologie des registres distribués pourrait selon l’article être la meilleure manière de gérer la fluctuation de la production d’une centrale nucléaire, de manière sécurisée. On imagine que ce n’est pas ce que les employés de la centrale ukrainienne avaient en tête lorsqu’ils ont décidé de miner des tokens...

 

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments