Mark Karpelès - l’ancien CEO de l'exchange de Bitcoin (BTC), maintenant disparu, Mt. Gox - a révélé qu'il occuperait le poste de CTO - Directeur de la Technologie - d'une nouvelle société travaillant sur la blockchain enregistrée au Japon. La nouvelle a été rapportée par le quotidien japonais The Mainchi le 5 juin.

Karpelès aurait déclaré son intention de faire du pays un leader mondial de la technologie de la blockchain en assumant son nouveau rôle de directeur technique de la nouvelle entreprise basée à Tokyo, Tristan Technologies Co.

Tristan Technologies prévoit de concevoir un nouveau système d'exploitation alimenté par une blockchain sécurisée qui serait beaucoup plus rapide que les autres systèmes actuellement utilisés. Dans ses remarques aux journalistes, Karpelès a déclaré :

 

"Mon amour pour le Japon n'a pas changé. Le Japon était autrefois une superpuissance en termes de PC, mais à l'heure actuelle, prenons le cloud, par exemple, ce sont les États-Unis qui dominent. Mais je continue de croire au potentiel du Japon et j'aimerais développer cela. "

 

Comme le souligne The Mainchi, Karpelès - que le journal qualifie de prodige de l'informatique avec un penchant pour le manga et le gaming - s'est installé au Japon en 2009, acquérant l'exchange Mt. Gox en 2011.

À la suite du hack de Mt. Gox et de son effondrement au début de 2014, Karpelès a été arrêté en 2015. L’incident tant médiatisé avait entraîné la perte de 850 000 BTC, d’une valeur d’environ 460 millions de dollars à l’époque.

Selon le rapport de The Mainchi, Karpelès a lancé sa nouvelle entreprise Tristan Technologies en partant de zéro, et a affirmé sa foi dans le potentiel de la blockchain pour innover dans les paiements sans espèces, les solutions cloud et établir le nouveau domaine des smart-contracts.

 

Cependant, lorsqu'ils lui a demandé s'il détenait lui-même des cryptomonnaies, il aurait répondu non, affirmant qu'elles comportaient des risques élevés.

Comme Cointelegraph l’a signalé en décembre, Karpelès a plaidé non coupable aux accusations du procureur d’avoir détourné environ 340 millions de yens (environ 2,8 millions d'euros) de Mt. Gox et d'avoir manipulé les registres de l'exchange pour gonfler son solde en espèces.

En mars dernier, l’ancien CEO a été acquitté des accusations de détournement de fonds mais reconnu coupable d’avoir altéré les registres financiers. Plus précisément, il était accusé d’avoir combiné ses finances personnelles avec celles de l’exchange afin de dissimuler les pertes subies par la plateforme suite au hack de celle-ci. Comme récemment rapporté, l'ancien CEO fait maintenant appel de sa condamnation.

 


Cet article est traduit de Cointelegraph dans le cadre d’un partenariat entre Cryptoast et ce média international.
Fondé en 2013, Cointelegraph couvre l'actualité des technologies blockchains, des crypto-actifs et des tendances émergentes en matière de fintech.


A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments