L’Union européenne (UE) a rassemblé un fonds de 100 millions d’euros pour porter le secteur de la blockchain et de l’intelligence artificielle (IA), comme l’explique un communiqué.

 

Un fonds de l'UE qui atteindra 400 millions d'euros

Ce fonds a été rassemblé par deux institutions de l’UE : le Fonds d’investissement européen (FIE), ainsi que la Commission européenne. Il est destiné à « rendre 100 millions d’euros disponibles pour les fonds de capital-risque et les autres investisseurs qui soutiennent l’IA et les produits et services basés sur la blockchain ». Comme l’explique le communiqué, il s’agit de la première étape de cette initiative. Les investisseurs privés devraient également alimenter ce fonds à l’avenir : « Nous nous attendons à un total de 300 millions qui sera généré pour l’IA et la blockchain, grâce aux autres investisseurs privés. »

 

Devenir plus compétitif pour l’industrie

Selon le communiqué, l’Union européenne a saisi tout l’enjeu de développer ce type de technologies : « Il est clair que les technologies comme la blockchain et l’intelligence artificielle vont transformer nos vies. Ce qui est cependant moins connu, c’est à quel point cette technologie est en train d’innover en Europe ». Le continent devrait continuer à être la deuxième région la plus importante au monde en ce qui concerne les dépenses dans ce secteur. Au total, l’Europe occidentale dépensera 674 millions de dollars en 2019, contre 1.1 milliard de dollars pour les États-Unis et 319 millions de dollars pour la Chine.
L’Europe souhaite donc ne pas se laisser dépasser par ces deux grandes économies. Pour l’instant, l’argent dépensé est surtout destiné à la recherche et aux « preuves de concept ». Cela crée un problème selon le communiqué : les développeurs et entrepreneurs se trouvent forcés d’accepter des financements étatsuniens, ou de travailler pour des entreprises situées aux États-Unis. Cette fuite des talents contribue au fossé entre ce pays et l’Europe. Le fonds de l’Union européenne vise donc à investir sur une échelle plus large afin de contrer cela.

 

Aider à réguler le secteur

Au-delà de promouvoir ces industries nouvelles, le communiqué explique également que le poids institutionnel de la Commission européenne et du FIE peut jouer un rôle dans la régulation du secteur. Cela pourrait être « une force puissante qui permettra d’établir des précédents réglementaires et légaux, qui conduiront à une clarté du langage utilisé et favoriseront la régulation de l’IA et de la blockchain en Europe ». Tout en développant des cas d’utilisation concrets, qui manquent encore au secteur de la blockchain : « l’IA et la blockchain ne peuvent changer des vies que si elles sont commercialisées et utilisées. Nous avons donc hâte de concrétiser cela. »

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments