Partager cet article :

La présidente de la Banque Centrale Européenne (BCE) Christine Lagarde s’est exprimée au sujet des crypto-monnaies dans une interview parue hier. Elle explique que la BCE souhaite avoir un rôle central dans le domaine des crypto-monnaies, avec la création possible d’une monnaie digitale de banque centrale (MDBC).

 

Devenir acteur autant qu’observateur

Selon Christine Lagarde, la BCE est particulièrement consciente de l’aspect crucial du domaine des crypto-actifs et de la blockchain. Elle note « une demande pressante pour des paiements plus rapides et moins chers, surtout lorsqu’il s’agit de paiements transfrontaliers ». Face à cela, l’institution européenne compte jouer son rôle : « L’Eurosystème en général, et la BCE en particulier, entendent être des acteurs sur ces questions, et pas seulement les observateurs d’un monde qui change. »

Lagarde rappelle que depuis 2018, la BCE a mis en place une infrastructure qui permet « des paiements instantanés paneuropéens », le TARGET Instant Payment Settlement (TIPS). Elle indique que cela correspond à une vraie requête de la part des jeunes générations, qui souhaitent pouvoir utiliser des moyens de paiement flexibles et adaptés aux mobiles.

 

Laisser de l’espace pour le secteur privé

Au sujet de la création d’une MDBC, Lagarde reste prudente. Elle explique que la BCE « continuera d’évaluer les coûts et les avantages de l’émission d’une monnaie digitale de banque centrale qui pourrait garantir l’accès du grand public à une monnaie émise par la banque centrale, même en cas d’une moindre utilisation des espèces ».

Mais elle précise que ce projet ne se substituera pas à des solutions venant du privé. Une monnaie numérique créée par la BCE ne devrait selon elle « ni décourager ni écarter les solutions du secteur privé pour des paiements de détail rapides et efficaces dans la zone euro ». La possible MDBC européenne n’aura donc pas vocation à écraser les solutions alternatives de paiement qui seront développées en même temps que celle-ci.

 

La BCE, entre prudence et envie de crypto-monnaies

La BCE compte en effet prendre son temps avant de tout miser sur une crypto-monnaie de banque centrale. Un groupe de travail a été créé à la fin 2019, afin de rassembler des experts et d’interroger les banques centrales nationales des pays composant la zone euro. Cela afin de « minimiser les éventuels effets indésirables ».

Les études et propositions autour d’un « e-euro » se multiplient en tout cas ces derniers mois. En novembre 2019, un document de l’UE confirmait ainsi l’intérêt pour le sujet. Et dès décembre dernier, le Système européen de banques centrales (SEBC) avait publié une preuve de concept qui explorait les options d’anonymat pour une monnaie numérique de banque centrale.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdataSite de Marine DebelloirMail de Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

Partager cet article :

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Joe Recent comment authors
plus récents plus anciens
Joe
Lecteur
Joe

une monnaie digitale ...pour devenir esclaves des banquiers ??