La Food and Drug Administration (FDA) américaine a créé un partenariat blockchain, notamment avec le géant de l’informatique IBM et la chaîne de distribution Walmart. La FDA souhaite améliorer la traçabilité des médicaments livrés sur ordonnance et s’assurer de leur conformité grâce aux technologies des registres distribués. Les initiatives blockchain de ce type sont en plein essor depuis 2018.

 

Améliorer la traçabilité des médicaments de la FDA

Selon le site d’informations Zdnet, qui relate l’information, il est important d’améliorer la traçabilité des prescriptions pour les Américains. Cela permettrait d’avoir accès à des données plus fiables, qui seront partageables aisément. Mais aussi de réduire le délai d’accès à l’inventaire global des médicaments, tout en s’assurant de l’intégrité des produits. Ces nouveaux besoins correspondent tout à fait aux capacités toujours croissantes de la technologie des registres distribués.

C’est en tout cas l’avis de Mark Treshock, un responsable blockchain d’IBM, qui estime que les technologies cryptographiques sont particulièrement efficaces pour ce domaine. « Nous pensons que [la traçabilité des médicaments] est une utilisation idéale de cette technologie, parce qu’elle peut non seulement fournir l’historique des contrôles de médicaments au sein de la chaîne logisitique, mais aussi enregistrer quelles personnes ont partagé des données, et avec qui, sans révéler ces données elles-même ». Ce que cela veut dire, c’est que la blockchain permet de sécuriser les informations tenant du secret médical, tout en permettant de conserver leur opacité pour que seules les personnes autorisées y aient accès.

Au-delà de cet avantage important, la technologie développée par la FDA permettra également de réduire le risque de falsification et contrefaçon des produits médicaux. Les médicaments les plus sensibles aux changement d’environnements pourront quand à eux être suivis pour s’assurer qu’ils sont conservés à la bonne température et que leur emballage hermétique n’est pas abîmé.

 

IBM multiplie les collaborations blockchain

Tout comme Carrefour et Nestlé en France, Walmart s’était déjà intéressé à la blockchain depuis quelques temps. L’enseigne collaborait ainsi depuis 2016 avec IBM afin d’utiliser des outils pour tracer les denrées alimentaires, qui sont elles aussi régulées par la FDA. La prochaine étape logique était donc d’étendre ces outils aux médicaments. Quant à IBM, cela fait déjà plusieurs années que l’entreprise a pleinement pris conscience du potentiel de la blockchain. En avril dernier, elle avait ainsi annoncé former un partenariat avec Volkswagen pour améliorer la traçabilité des minéraux. Le même mois, elle avait rejoint avec Ripple (XRP) l’Association internationale pour l’application de confiance de la blockchain (INATBA), qui a été créée par la Commission européenne.

 

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments