Le géant de la technologie IBM a obtenu un brevet pour le développement de ce qu'il appelle un « self-aware token », que l'on peut traduire par « token autoconscient ». Ce dernier est conçu dans le but d'enregistrer les événements d'une transaction lorsque celle-ci est réalisée hors ligne.

 

Synchroniser les transactions hors ligne

Le brevet a été accordé le 7 janvier par l'Office américain des brevets et des marques. Selon le document, le concept permet de créer un véritable circuit pour les tokens, qui peut inclure des données sur le lieu de paiement et les montants échangés, ainsi que toute information concernant les détenteurs de tokens précédents.

Le token ne peut lui-même conserver les données relatives aux transactions, mais les enregistre sur l'appareil utilisé, tel qu'un smartphone ou un ordinateur. Le document établit en outre un lien entre ce nouveau token et une plateforme de paiement qu'IBM a breveté en juillet 2012.

Lorsque le token réintègre l'écosystème de la plateforme à un stade ultérieur, il télécharge automatiquement les données de toutes les transactions réalisées hors ligne.

La plateforme reconstruit alors l'état passé du token en fonction de l'état de ses tokens voisins et des événements enregistrés, de sorte que des transactions supplémentaires puissent être évaluées et ainsi procéder à une évaluation de la conformité des informations fournies.

Détaillant les raisons pour lesquelles ce projet a vu le jour, le document précise :

Dans le cas où un utilisateur de la plateforme effectuerait une transaction hors ligne impliquant un token de la plateforme, il faut alors prévoir un système permettant à ce token de réapparaître en ligne ultérieurement et de continuer à être authentifié, validé et évalué par la plateforme. On estime qu'un tel système constituerait une amélioration significative de la pratique du traitement des données financières.

 

Faciliter les transactions entre actifs

IBM affirme qu'avec les tokens autoconscients, les échanges entre des classes d'actifs de formes diverses pourraient être facilités. Avec l'utilisation de plus en plus de cryptomonnaies différentes, il devient de plus en plus difficile d'effectuer des paiements entre les différentes classes d'actifs, note le document.

Selon IBM, grâce à cette innovation, les monnaies numériques pourraient fonctionner dans des systèmes économiques disparates, ce qui faciliterait leur inclusion aux côtés des monnaies souveraines et d'autres monnaies non conventionnelles.

 

IBM n'est pas à son coup d'essai en ce qui concerne des innovations en matière de technologie blockchain. En août dernier, l'entreprise a déposé un brevet concernant un navigateur web soutenu par un réseau peer-to-peer. Celui-ci stockerait les événements du navigateur directement sur une blockchain. Toutefois, pour le moment, rien n'est encore disponible pour le grand public et cela reste, il semblerait, à l'état de projet.

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments