Electrify et OmiseGo veulent révolutionner le secteur de l’énergie avec la blockchain

 

 

Electrify Asia, la start-up asiatique qui a réalisé son ICO avec succès en début d’année 2018, vient d’achever la création de son écosystème énergétique, basé sur la technologie blockchain. Cette innovation devrait permettre aux fournisseurs de puissances énergétiques (de petites et moyennes tailles) de rester compétitifs face aux géants de l’énergie, et ainsi créer de la concurrence dans ce secteur.


La particularité d’Electrify, en comparaison avec d’autres plateformes, est qu’elle travaille sur tout le territoire, plutôt que sur certaines régions. Le PDG d’OmiseGo, Jun Hasegawa, a déclaré, lors d’une émission en direct, qu’il pensait que le manque de stabilité était le principal problème du monde des cryptomonnaies et de la blockchain. Sa tâche principale est de rendre les projets évolutifs et scalables (c’est-à-dire, qui soient capables de monter en charge).

 

Jun Hasegawa, PDG d’OmiseGO

 

💬 “Je pense que tout le problème de l’univers des cryptomonnaies tourne autour de la stabilité, c’est le cas pour Ethereum par exemple. Moi, en tant que conseiller d’Electrify, je concentre mes actions sur l’évolutivité et la stabilité du projet en tant que tel.”

 

Le directeur des opérations d’Electrify, Martin Lim, a déclaré aux journalistes que l’entreprise recherchait depuis longtemps l’efficacité, et que la blockchain était finalement devenue au fil du temps la solution la plus optimale pour solutionner ce problème. C’est pour cette raison qu’il croit en la réussite d’Electrify et qu’il travaille au développement actif de ce concept. On peut également noter que Martin Lim est le visage du projet sur les réseaux sociaux.

 

💬 “Nous recherchions l’efficacité et la technologie blockchain est la meilleure des solutions. Par conséquent, nous avons commencé à développer le concept et à conclure des contrats pour faire avancer les choses et venir bouleverser le secteur de l’énergie en Asie. “

 

Martin Lim, Co-fondateur d’Electrify

 

Lim s’intéresse activement à l’impact social qu’aura la plate-forme. Il a également noté que si des pays tels que le Nigeria ou l’Ouganda venaient à utiliser Electrify, il y aurait beaucoup plus d’énergie que nécessaire. Cela permettrait de considérablement réduire les coûts réels.

 

💬 “Si des pays comme l’Ouganda et le Nigeria utilisent Electrify et reçoivent plus d’énergie qu’ils n’en ont besoin, ils seront en mesure de la vendre et d’améliorer l’économie de leur pays.”

 

J’espère que cet article vous a plu N’hésitez pas à réagir dans la rubrique commentaires et à vous abonner à la newsletter 🙂



Auteur

Nicolas est passionné par l’univers de la blockchain et des crypto-actifs. Il possède un channel Telegram sur lequel il publie quotidiennement des articles d’actualité en français sur les cryptomonnaies.

tradingview-astast twitter-prgrmmer1

 




2
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
cryptatometrader44 Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

plus récents plus anciens
cryptatometrader44
Lecteur
cryptatometrader44

Encore un projet qui veut gérer de l’électricité et parle d’énergie. Je ne sais guère si cet article reflète réellement ce qu’est- réellement le projet mais après cette courte lecture, il sonne CREUX. Et je ne doute guère que si c’est le cas de l’article, c’est aussi le cas du projet.

cryptatometrader44
Lecteur
cryptatometrader44

“Si des pays comme l’Ouganda et le Nigeria utilisent Electrify et reçoivent plus d’énergie qu’ils n’en ont besoin, ils seront en mesure de la vendre et d’améliorer l’économie de leur pays.”

Bah oui, avec des “SI” n’importe qui peut refaire le monde.

Mais il faudrait peut être regarder l’organisation et la consommation/production des pays avant de faire des “SI”.

Les fondamentaux en énergie ne sont pas une option pour développer des projets associés. Je n’ai même pas envie d’aller voir le brainwashing proposé sur leurs sites web pour vérifier.