Des régulateurs américains visiteront la Suisse pour parler de Libra et des cryptos

Libra régulation

 

Des membres de la Chambre des représentants américaine se déplaceront en Suisse cette semaine afin de discuter de Libra et des autres cryptodevises, selon les informations dévoilées par le site NZZ Am Sontag. Les questions persistent sur le stablecoin de Facebook à l’approche de la rentrée.

 

Aller chercher Libra jusqu’en Suisse

Le groupe qui se rendra en Suisse cette semaine sera dirigé par Maxine Waters, une membre de la Commission des services financiers de la Chambre des représentants. Si son nom vous paraît familier, c’est normal : elle a été à l’origine d’une lettre ouverte à Facebook publiée en juillet dernier. Avec certains de ses collègues, elle intimait au géant de cesser temporairement le développement de sa crypto-monnaie. Un ordre que le réseau social n’a pas suivi.

La prochaine étape pour la Commission était donc d’aller voir directement sur place. Pour rappel, la Libra Association est le groupe qui chapeaute l’élaboration du stablecoin de Facebook, il est situé en Suisse. Certains grands acteurs mondiaux, dont les États-Unis, avaient exprimé leurs doutes sur une régulation suisse d’une entreprise qui reste à l’origine très américaine. D’autant plus que la Suisse est historiquement pro-cryptos, ce qui n’est pas le cas des autres grandes puissances occidentales. Les décisions prises à son niveau pourraient donc être différentes de celles qu’aurait privilégiées le gouvernement américain.

 

Une rencontre au sommet entre régulateurs

Selon les informations dont on dispose, les membres de la Commission des services financiers devraient rencontrer Adrian Lobsiger, le préposé fédéral à la protection des données et à la transparence. Lobsiger dirige les services de surveillance des données clients pour le gouvernement. Cela reste un sujet brûlant pour Libra, et par extension Facebook. Mais le stablecoin ne sera pas l’unique sujet de discussion pour les régulateurs. Les autres crypto-monnaies devraient également être évoquées.

Comme le rappelle CoinTelegraph, qui rapporte la nouvelle, David Marcus avait déjà évoqué la régulation suisse de Libra lors de son audition mouvementée auprès du Sénat. Il avait alors assuré que Facebook était en contact avec la FINRA, l’autorité fédérale suisse de surveillance des marchés financiers.

Pas sûr en tout cas que cela ait convaincu les concernés : les régulateurs américains voient dans l’installation de Libra en Suisse un nouveau moyen de circonvenir les régulations américaines. Nul doute que la rentrée prochaine apportera de nouvelles réponses sur le développement du stablecoin, qui s’est fait plutôt silencieux ce mois-ci. Il avait par ailleurs prévenu en juillet qu’il pourrait ne jamais être lancé.

 

Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, Marine s'est prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qu'elles créent. Elle aime dénicher les infos les plus croustillantes pour aider à démocratiser ce passionnant univers.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar