Étude : 75 % des transactions de dApps seraient effectuées par des bots

Robot

 

L’entreprise de sécurité AnChain.AI a dévoilé une étude portant sur l’utilisation de bots malveillant dans les applications décentralisées (dApps). Elle indique qu’au premier trimestre 2019, 75 % des transactions journalières ont été effectuées par des bots sur la blockchain d’Eos (EOS). L’utilisation de ces programmes automatiques est un problème de plus en plus présent dans le secteur des registres distribués.

 

Bots partout, fiabilité nulle part

Le rapport de AnChain.AI montre que ces transactions représentent une somme journalière très importante : « En analysant les 10 plus grandes transactions de paris dApps sur la blockchain Eos au premier trimestre 2019, nous pouvons déterminer que les bots blockchain représentent 51 % des comptes uniques et 75 % des transactions, soit l’équivalent de 6 millions de dollars en volume de transaction journalier ! »

Le problème de cette marée de bots, c’est qu’elle remet en cause la fiabilité des statistiques de la blockchain. Comme le rappelle le rapport, les acteurs du marché s’appuient souvent sur le volume de transactions. « Très souvent, les activités des utilisateurs, les volumes de transactions et d’autres facteurs de développement sont utilisés comme vari able pour déterminer le succès d’une dApp, d’un protocole ou d’une entreprise. » Ces bots peuvent donc être utilisés pour gonfler artificiellement les stats d’une dApp ou d’un système, et fausser ainsi les chiffres qui parviennent à la communauté.

 

La manipulation des statistiques : une habitude de la cryptosphère ?

Ce n’est pas la première fois que les statistiques des activités liées à la blockchain sont accusées d’avoir été manipulées. Une étude de Bitwise Asset Management parue en mars 2019 montrait ainsi que 95 % du volume du Bitcoin (BTC) est faux, le marché du BTC étant en réalité plus réduit qu’on ne le pense. Mais comme le rappelle le rapport, il reste difficile de détecter les bots sur la blockchain, à cause de sa nature anonyme ou pseudo-anonyme. « La nature décentralisée de l’industrie de la blockchain crée un environnement de fonctionnement bien plus arbitraire et nuancé, qui ouvre la porte à des bots non détectés. »

AnChain.AI note cependant que cette tendance devrait diminuer à mesure que la régulation financière intervient sur les réseaux liés à la blockchain. Malgré cela, la priorité devrait selon eux être mise sur la détection de bots pour les dApps, car une croissance organique, portée par des utilisateurs humains, serait le seul moyen d’amener des capitaux réels au sein de la blockchain. En attendant, il convient de toujours faire preuve de prudence lorsqu’on consulte des chiffres liés au trafic sur un réseau décentralisé.

 

Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, Marine s'est prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qu'elles créent. Elle aime dénicher les infos les plus croustillantes pour aider à démocratiser ce passionnant univers.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar