Partager cet article :

Binance Research, la section de recherche de l’exchange Binance, a publié une étude hier, qui compare la profitabilité du Bitcoin et de deux hard fork d’ampleur : le Bitcoin Cash et le Bitcoin SV. Elle indique que la profitabilité n’est pas le seul facteur pour les mineurs qui choisissent une cryptodevise.

 

BTC, BCH et BSV : trois « Bitcoins » qui diffèrent grandement

Comme le rappelle l’étude, l’industrie du mining de cryptos est maintenant conséquente : elle affiche un chiffre d’affaires en milliard de dollars. Elle reste bien sûr très majoritairement dominée par le Bitcoin, qui est l’actif affichant le prix le plus élevé. Mais comme le note Binance Research, les trois blockchains étudiées utilisent cependant la même fonction de hachage. Cela devrait logiquement dire que les facteurs de profitabilité sont également similaires. Mais comme le montre l’étude, ce n’est pas forcément le cas, certains mineurs produisant des pièces de manière apparemment irrationnelle d’un point de vue économique.

BTC BCH BSV comparaison

Source : Binance Research

 

Comparaison de la profitabilité des trois crypto-monnaies

Comme on le sait, le prix du Bitcoin reste bien plus élevé que celui des deux autres actifs : à l’heure actuelle un BTC vaut 7 178 dollars, un BCH vaut 186 dollars, et un BSV vaut 83 dollars. Et si le Bitcoin Cash et le Bitcoin sont disponibles sur un nombre important d’exchanges, ce n’est pas le cas du Bitcoin SV, qui a en sus été délisté cette année. Les mining pools sont également limités pour l’altcoin :

Mining pools BTC BCH BSV

Source : Binance Research

 

Au-delà de cette différence d’accès, la profitabilité varie également, mais surtout en ce qui concerne le BSV. Quand on met en regard les récompenses produites avec la difficulté de production des blocs, les courbes sont très similaires pour le BTC et le BCH, après que ce dernier se soit stabilisé suite à son lancement :

Profitabilité BTC BCH

Source : Binance Research

 

La profitabilité a différé au début de l’année 2018, mais elle s’est à nouveau rapprochée après cela pour ces deux actifs. Mais quand on regarde la comparaison de la profitabilité du BSV et de ces derniers, les courbes diffèrent de manière plus marquée :

Profitabilité mineurs BSV

Source : Binance Research

 

Comme l’explique l’étude, le ratio récompenses/difficulté du BSV est resté en dessous de celui du BTC et du BCH entre novembre 2018 et août 2019, malgré quelques percées. Binance Research en conclut qu’« Une part significative du hashpower pourrait ne pas avoir été produite pour des raisons économiques jusqu’à août 2019 ». Les mineurs auraient continué de produire des blocs alors qu’ils perdaient potentiellement de l’argent.

L’étude ne se prononce pas sur les raisons qui ont poussé les mineurs à choisir le BSV, mais cite « probablement des facteurs politiques ou d’autres forces non liées à l’économie ». Elle cite un chiffre qui montre l’ampleur de ce choix : « en mois d’un an, on estime que 12 à 13 millions de dollars auraient pu être potentiellement recueillis par les mineurs du Bitcoin SV, s’ils agissaient de manière rationnelle dans leur allocation de mining ».

Cela montre bien qu’en matière de cryptodevises, le choix n’est jamais uniquement économique. De nombreux facteurs politiques et d’opinion viennent influencer le maintien de ces réseaux, qui vont au-delà de simples chiffres.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdataSite de Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

Partager cet article :

Poster un Commentaire

avatar