Vancouver, vers une interdiction des ATM Bitcoin ?

 

ATM Bitcoin

 

 

Le gouvernement de Vancouver ne semble pas très satisfait de l’évolution du marché des cryptomonnaies au sein de leur ville, et la crainte croissante que les crypto-actifs puissent faciliter les opérations de blanchiment d’argent a incité les autorités à proposer une interdiction des ATM Bitcoin.

Selon le service de police de Vancouver, l’absence de réglementation et l’adoption croissante des cryptomonnaies ont fait des guichets automatiques Bitcoin un «moyen idéal de blanchiment d’argent

 

Vers un changement de décision ?

Cette opinion s’est renforcée au cours des derniers mois. En février dernier, le sergent Alvin Shum a rédigé un rapport à l’intention de la Commission de police de Vancouver dans lequel il mettait en garde contre les dangers possibles associés à l’utilisation du Bitcoin dans des transactions non contrôlées :

 

«Étant donné l’absence d’une autorité centrale, il n’y a pas d’organisme de contrôle qui puisse surveiller ou réglementer le transfert de fonds pour assurer une transaction légitime. Cela crée une excellente occasion pour les criminels de rester anonymes, car ils tentent de frauder des citoyens sans méfiance, blanchir de l’argent et effectuer des transactions anonymes à gros montant.»

 

Vancouver a été la première ville au monde à se doter d’un ATM lié au Bitcoin (BTC), et cela en 2013. Il y aurait actuellement 76 ATM Bitcoin au sein de la ville. Cependant, malgré les leçons apprises en matière d’innovation, il semble que les autorités n’hésitent pas à changer de décision si cela permet de maintenir l’état de droit qui caractérise tant la ville.

Cependant, la décision n’est pas sans controverse. Selon le média local The Star, les autorités doivent peser le pour et le contre de cette décision afin de ne pas affecter les entreprises légitimes déjà établies autour de l’écosystème crypto local.

 

Carte ATM Bitcoin Vancouver
Carte représentant les ATM Bitcoin à Vancouver – Source : Coin ATM Radar

 

Le blanchiment d’argent, la réelle raison ?

Christine Duhaime, une avocate de Vancouver spécialisée dans les politiques de lutte contre le blanchiment d’argent, a expliqué à The Star que la situation n’est pas aussi facile qu’il y parait :

 

«Vancouver a certainement des liens avec, malheureusement, des cryptomonnaies utilisées à des fins néfastes, mais d’un autre côté, cela inclut aussi les entreprises qui essaient de fonctionner de façon plus légitime en suivant les réglementations en place.»

 

En l’état actuel des choses, les ATM Bitcoin sont peut-être la facette la moins importante d’un plan de lutte contre le blanchiment d’argent. Comme l’explique Drew Glover de la société locale BitNational, la transaction moyenne à ses machines est de 200 $ – bien loin des dizaines de milliers nécessaires pour blanchir des millions.

De plus, si les clients de ces ATM Bitcoin veulent acheter ou vendre une plus grande quantité de cryptomonnaies, ils doivent y saisir leur identité et leur numéro de téléphone, et peuvent même parfois être entièrement bloqués pour effectuer des transactions de plusieurs milliers de dollars.

 

Il est donc assez étonnant de voir cette idée émerger concernant les ATM Bitcoin. La raison avancée, le blanchiment d’argent via ce système, semblant ne pas être la véritable motivation des institutions au vu de l’impossibilité d’effectuer une transaction avec une somme important en restant anonyme.

 

Clément

Achetant son premier Bitcoin en 2017, Clément se rend vite compte de son attirance pour le monde des cryptomonnaies. Il croit fermement en cette technologie et qu'elle révolutionne déjà de nombreux secteurs.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar