S’il y a bien un domaine qui révèle les disparités entre pays, c’est celui des cryptodevises. L’écosystème des registres distribués doit faire face à des réactions variées de la part des divers gouvernements mondiaux, avec des lois qui changent également d’un territoire à l’autre. Et les dirigeants mondiaux eux-mêmes y vont de leur avis sur les cryptos. Voici une sélection de leurs sorties sur le sujet :

 

Trump : « pas fan des cryptos »

Le président américain a fait savoir son aversion à l’égard des cryptos lors de la sortie de Libra. Comme à son habitude, c’est dans un tweet qu’il a communiqué : « Je ne suis pas fan du Bitcoin et des autres crypto-monnaies, qui ne sont pas de l’argent, et dont la valeur est hautement volatile et basée sur du vent. » Les nombreuses entreprises crypto des États-Unis tendent cependant à prouver le contraire.

 

Macron : réguler les crypto-monnaies

Plus « Tech-friendly » que ses homologues, le président français Emmanuel Macron semble surtout vouloir contrôler les cryptos, comme il le rappelait en janvier : « [Je] suis favorable à ce que le FMI ait le mandat de surveiller la totalité du système financier international dont des pans entiers échappent à la régulation […]. Le Bitcoin, les monnaies virtuelles, [...], ceux qui peuvent créer des crises financières, déréguler des systèmes. » À bon entendeur…

 

Bolsonaro : le Bitcoin, kézako ?

Vaut-il mieux montrer son opposition ou son ignorance des cryptos ? La question reste posée. Le controversé président du Brésil Jair Bolsonaro a en tout cas tranché : « Je ne sais pas ce qu’est le Bitcoin », a-t-il déclaré. On tend cependant à en douter : le Brésil vient de passer une loi obligeant toutes les transactions en crypto-monnaies à être enregistrées et déclarées.

 

Abe : la blockchain comme catalyseur

Le Japon est historiquement plutôt ouvert aux cryptos, et cela se voit dans les paroles de son premier ministre Shinzo Abe : « En plus des effets financiers, nous voyons que la blockchain a le potentiel de rendre plusieurs industries plus sécurisées et plus efficaces. » Le Japon prend en effet le parti de réguler plutôt que d’interdire.

 

Poutine : prendre le train en marche

Avant l’été, le président russe a fait pression sur son gouvernement pour légiférer au plus vite sur les cryptos. Il a utilisé un exemple historique : « L’âge de pierre ne s’est pas terminé par manque de pierres, mais parce que de nouvelles technologies ont été découvertes ». On dit ainsi que la Russie travaillerait à un « crypto-rouble » d’État.

 

Volontairement ou à reculons, les dirigeants mondiaux sont donc obligés de faire leurs classes en ce qui concerne les cryptos. À suivre !

 

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédactrice en chef adjointe sur Cryptoast, je suis tombée dans la marmite des cryptomonnaies il y a quelques années. Je suis passionnée par les technologies novatrices qui découlent de la blockchain et j'aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments