Lenzing, un géant de la fibre textile, implémente une blockchain à ses activités

 

lenzing-utilisation-blockchain

 

Lenzing, l’un principaux producteurs mondiaux de fibres textiles, a annoncé le 17 mai qu’il mettra en œuvre une technologie de blockchain liée à ses produits.

Le fabricant de fibres textile, dont le siège social est situé à Lenzing, en Autriche, s’est associé à la société TextileGenesis de Hong Kong – utilisant la blockchain – afin d’intégrer cette technologie dans son entreprise de fibres textile TENCEL.

Selon le communiqué de presse, Lenzing prévoit de lancer sa plateforme de traçabilité de la chaîne d’approvisionnement en 2020, tandis que dans un proche avenir, l’entreprise va tester la technologie avec tous les acteurs impliqués.

Lenzing a décidé de déployer la technologie du Distributed Ledger – Registre distribué – pour répondre aux demandes de ses clients qui souhaitaient en savoir plus sur la composition et les fournisseurs de ses produits. En appliquant la technologie de la blockchain, l’entreprise entend apporter plus de transparence à ses clients.

Lenzing est un leader mondial des fibres à base de bois et réalise un chiffre d’affaires annuel estimé à 2,7 milliards de dollars. Les entreprises de toutes les industries sont sérieusement en train d’adopter la blockchain au sein de leurs systèmes. Ce n’est plus uniquement réservé aux entreprises de la fintech et cela présage un certain engouement général concernant la blockchain et ses potentielles applications.

Hier, un cadre supérieur de la société de logistique américaine FedEx a exprimé son scepticisme quant à l’utilisation de la blockchain dans ses processus. Dale Chrystie a affirmé que les systèmes de données d’expédition traditionnels sont supérieurs aux systèmes basés sur la blockchain, car les technologies de registre distribué sont apparemment trop récentes.

Comme l’a récemment rapporté Cointelegraph, la marque de mode de luxe Alyx va commencer à utiliser le réseau de la blockchain Iota pour suivre sa chaîne d’approvisionnement.

 


Cet article est traduit de Cointelegraph dans le cadre d’un partenariat entre Cryptoast et ce média international.
Fondé en 2013, Cointelegraph couvre l’actualité des technologies blockchains, des crypto-actifs et des tendances émergentes en matière de fintech.


Clément

Achetant son premier Bitcoin en 2017, Clément se rend vite compte de son attirance pour le monde des cryptomonnaies. Il croit fermement en cette technologie et qu'elle révolutionne déjà de nombreux secteurs.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar