La firme Gotbit révèle qu’elle est payée pour fausser les volumes d’échanges sur les exchanges

Volume d'échanges fausser

 

Alexei Andryunin, le cofondateur de Gotbit, a révélé dans une interview à CoinDesk la méthode que sa firme utilise pour fausser les volumes d’échanges. Ce type d’activités a émergé au cours des années et tend à décrédibiliser les données présentées par les fournisseurs de crypto-monnaies.

 

Pourquoi fausser les volumes d’échanges ?

Depuis quelques années, des chiffres de plus en plus précis sortent sur les falsifications des volumes de transactions par les exchanges et les autres acteurs de la crypto-communauté. Bien que certains agrégateurs de données comme CoinMarketCap essaient de combattre cette tendance, grâce notamment à l’instauration de règles plus strictes, la tâche est ardue.

Fausser les volumes d’échanges a nombre d’avantages : cela permet notamment aux exchanges de « muscler » leurs données et d’attirer de nouveaux utilisateurs. Pour les altcoins, cela permet également de sortir de la masse et de prétendre que leurs tokens circulent. On ne sait pas à quel point le procédé est répandu, mais un chiffre de Bitwise sorti en 2019 a choqué la communauté : 95 % du volume d’échange du Bitcoin (BTC) pourrait être falsifié.

 

Gotbit, un faussaire professionnel

Le cofondateur de Gotbit Alexei Andryunin semble avoir bien voulu se prêter au jeu des questions et réponses lors d’une interview à CoinDesk, afin d’éclairer ce type de pratiques. Selon lui, sa firme fait usage de bots pour créer ces faux volumes. Les bots échangent de petites sommes entre eux continuellement, ce qui donne l’illusion de marchés très dynamique. Cela permet aux tokens d’être listés plus facilement sur de grands sites.

Cette « compétence » a bien sûr un coût. Avec Gotbit, le listing d’un token sur un exchange coûtera 8 000 dollars. Pour un mois d’activités de bots, qui simulent des volumes d’échanges élevés, il faut compter 6 000 dollars. Quant au listing sur CoinMarketCap, il coûterait 15 000 dollars. Andryunin semble conscient de la zone grise dans laquelle il évolue. Il explique que ces activités « ne sont pas complètement éthiques ».

Plus grave du point de vue des utilisateurs, Andryunin est convaincu que les exchanges sont conscients que les volumes de certains altcoins sont manipulés. Mais comme cela joue en leur faveur, ils ne combattent pas particulièrement ces faux chiffres. Selon Andryunin, Gotbit travaillerait actuellement avec une trentaine de projets d’altcoins.

 

Ce type de pratiques est cependant voué à diminuer fortement dans les années à venir. D’une part, il concerne surtout les « petits » exchanges. De l’autre, l’atmosphère réglementaire qui entoure les cryptos depuis de nombreux mois devrait rendre les choses plus difficiles. Andryunin explique que de son côté, Gotbit va s’arrêter, afin de passer à d’autres projets peut-être plus éthiques.

 

Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, Marine s'est prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qu'elles créent. Elle aime dénicher les infos les plus croustillantes pour aider à démocratiser ce passionnant univers.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar