Initiative Q – Review : Arnaque ou fiable ?

Initiative Q - Est-ce que cette nouvelle crypto-monnaie est une arnaque ?

 

Initiative Q, ou comment les promesses de grandeur se brisent au contact de la réalité

Le monde de la crypto-monnaie exhibe tous les jours de nouveaux miracles en devenir, impressionnant les foules et générant des discussions à foison. Malheureusement, un grand nombre de ces « miracles » ne voit jamais le jour, pour diverses raisons. Parfois, l’équipe n’atteint pas ses objectifs. Parfois, il s’agit d’une escroquerie délibérée. Parfois, les deux catégories sont applicables.

Initiative Q est un projet qui semble avoir beaucoup fait parler de lui ces derniers jours. Ce dernier a été lancé par Saar Wilf, un joueur de poker et serial entrepreneur israélien ayant eu un succès plus ou moins important au fil de sa carrière. Il est notamment mentionné à de multiples reprises que sa précédente startup, Fraud Sciences, a été acquise par PayPal en 2008. Cette dernière a innové dans le domaine de la détection des fraudes en ligne, permettant à PayPal de perdre moins d’argent suite aux réclamations des clients.

L’ironie du sort voudra donc qu’avec Initiative Q, un spécialiste de la détection des fraudes lance un projet dont presque toutes les caractéristiques ressemblent à celles d’escroqueries connues. Et cela, sans pour autant être directement assimilables aux escroqueries en question, faute de remplir certains critères. Nous allons donc observer ce projet dans tous ses détails, et tirer les conclusions qui s’imposent.

 

Un schéma pyramidal, mais pas tout à fait

Le principe de l’Initiative Q est simple : il s’agit d’une cryptomonnaie dénommée « Q », et censée devenir universelle. L’initiative semble louable si l’on s’en limite à cette phrase.

Évidemment, les mêmes platitudes retrouvées sur tous les sites de cryptoactifs à l’usage de monnaie se retrouvent sur la page de présentation : le système bancaire actuel est lent et coûte cher, et le Q résoudra tous ces problèmes. Comment ? Aucune explication n’est fournie, mais on supposera que c’est par la magie de la blockchain.

Et c’est alors que vient la question la plus intéressante : comment faire pour remplacer le système bancaire actuel en séduisant tous ses clients ? Pour apporter une réponse à cette énigme, Initiative Q a la solution : rien de plus simple qu’un argument circulaire.

Observez donc le paragraphe suivant (traduit) :

💬 « Si quelqu’un mettait en place une plateforme de paiement moderne qui intégrait ces technologies, et d’une certaine manière, réussissait à la faire adopter par les vendeurs et acheteurs, ce système deviendrait populaire. On pourrait éventuellement voir 20 billions de dollars échangés chaque année. »

Précision ici faite qu’un billion français et un trillion anglais représentent tous deux mille milliards.

Si l’on enlève les éléments non nécessaires de ce paragraphe, on obtient, en somme : « S’il y a un jour des utilisateurs, alors il y aura des utilisateurs ». Et il y a, bien évidemment, un gros chiffre mentionné pour faire saliver les investisseurs potentiels. Il s’agit là clairement de la démonstration d’un potentiel incroyable, mais en matière de marketing plutôt qu’en matière de rhétorique.

Dans les faits, le procédé d’achalandage est simple : chaque personne s’inscrivant sur le site recevra en contrepartie une certaine somme de Q, gratuitement. Cependant, il n’est possible de s’inscrire qu’en étant invité par un membre du réseau. Et bien évidemment, les sommes reçues diminuent au fil des échelons.

Il y a donc là un schéma classique pyramidal selon lequel ceux situés au sommet reçoivent le plus grand nombre de récompenses. Mais c’est là que cela devient difficile de ranger ce réseau dans la catégorie des pyramides de Ponzi : comme les « richesses » sont créées au moment de l’inscription, et ne sont pas issues de quelconques paiements effectués par les précédents inscrits, alors le réseau ne rentre pas « officiellement » dans cette catégorie.

On ajoutera également aux caractéristiques douteuses d’Initiative Q le fait que lors de l’inscription au site, l’utilisateur ne « gagne » en vérité que 10% de sa récompense maximale. Pour débloquer 40% de plus, l’utilisateur dispose de 96 heures pour inviter 5 personnes. Une pratique visiblement conçue pour faire paniquer les utilisateurs et les pousser à agir sans réfléchir. Et qu’en est-il des 50% qui restent à « débloquer » ? Mystère.

Enfin, l’absence de paiement lors de l’inscription signifie-t-elle pour autant que les utilisateurs n’y perdent rien au change ? Non, puisque les données personnelles des utilisateurs ont une valeur bien définie et peuvent facilement être revendues à toutes sortes de personnes.

Mais partons du postulat que Saar Wilf est parfaitement honnête et ne revendrait jamais ces données. Qu’y gagne-t-il à mettre en place un tel système, si ce n’est une certaine notoriété ?

 

Une usine à milliards de dollars au profit de l’équipe d’Initiative Q

La réponse à la précédente question paraît évidente : le bénéfice principal que Saar Wilf tirera de ce système est constitué d’argent. En effet, deux mille milliards de Q doivent être créés, et chaque Q doit valoir exactement un dollar, selon les prévisions de l’équipe. Initiative Q prétend donc créer à partir de rien une somme équivalente à l’intégralité de la dette publique française.

Et ce n’est qu’un minimum : le site indique qu’un montant infini de Q pourrait être créé, selon la volonté d’un « comité monétaire » dont les membres pourraient être ou ne pas être élus selon des critères ressemblant à nos démocraties.

L’équipe se réserve un montant qui pourrait apparaître raisonnable si l’on ne prend pas en compte les objectifs de prix visés : 10% de la totalité des Q émis. Cela semble peu, mais lorsqu’on prend en compte le montant total de 2000 milliards de dollars créés à partir de rien, cela signifie que l’équipe se réserve la modeste somme de 200 milliards de dollars. Une bien maigre compensation, qui leur permettrait à peine de dépasser instantanément Bill Gates et Jeff Bezos en termes de fortune totale…

Le mystérieux « comité monétaire » n’est d’ailleurs pas laissé à l’abandon, puisque les heureux élus qui y trôneront se verront attribuer 200 autres milliards de dollars avec lesquels s’amuser. Nul doute que ces élus pourraient être, par pure coïncidence, des membres de l’équipe d’Initiative Q.

 

Des promesses incertaines, et une absence totale de textes techniques

Nos lecteurs habituels le sauront certainement déjà, mais tout lancement de projet dans le secteur des crypto-actifs s’accompagne habituellement d’un livre blanc, un document comprenant diverses informations allant de la technique et des mathématiques pures aux espérances ou objectifs des concepteurs.

Pour Initiative Q, rien de tout cela. Il n’est jamais fait mention de technique au premier abord. Et ce qui est plus intéressant (tant en matière technique qu’ailleurs) ne se révèle que lorsqu’on lit bien les détails de certains paragraphes, cachés au fond de pages accessibles seulement après avoir sauté de lien en lien.

Vous trouverez ci-dessous deux phrases (traduites) permettant de comprendre l’état d’esprit des créateurs d’Initiative Q :

💬 « Comment allons-nous aboutir à ça ? En faisant des pratiques malhonnêtes des raisons légitimes pour annuler des transactions… »

Source

Initiative Q souhaite donc procéder exactement de la même manière que PayPal, mais avec un crypto-actif. Pourquoi ?

💬 « C’est pour ça que la réversibilité (une des limitations du Bitcoin) est si importante. Permettre aux transactions d’être annulées bénéficie tant aux acheteurs qu’aux vendeurs sur le long terme, puisque les consommateurs sont plus aisément tentés d’acheter lorsqu’ils bénéficient d’un minimum de protection. »

Source

La réponse au précédent paragraphe est claire : Initiative Q semble voir l’irréversibilité des transactions réalisées sur les blockchains comme une limite, alors qu’il s’agit au contraire d’une fonctionnalité essentielle. D’où vient cette incompréhension ? Est-ce vraiment une incompréhension ?

 

Initiative Q, une escroquerie bien camouflée

La dernière phrase figurant sur le site et dont je souhaitais vous faire part est la suivante :

💬 « Notre argent est d’ores et déjà digital, sous la forme de bases de données informatiques, et personne ne craint que ces informations disparaissent soudainement. »

Source

Il semble clair que Saar Wilf ignore certaines propriétés essentielles des crypto-actifs : dans le cadre d’une utilisation en tant que monnaie universelle, l’intérêt d’une blockchain n’est pas seulement la préservation des informations, mais surtout son immuabilité.

Ceci, afin d’éviter qu’une entité externe décide de prendre par la force ce qui ne lui appartient pas. On rappellera notamment le destin des Chypriotes, qui ont vu leurs comptes bancaires vidés de leurs fonds par la force lorsque l’Etat l’a décidé…

La blockchain est un bouclier contre ce genre d’actions, et c’est cela que les investisseurs recherchent. Mais ce n’est clairement pas ce qu’Initiative Q compte faire. Car Initiative Q, si l’on la réduit à ses caractéristiques essentielles, est une banque en ligne qui souhaite créer deux mille milliards de dollars pour enrichir son créateur par le biais d’un marketing agressif, tout en s’arrogeant des droits illimités sur les actifs de ses clients.

Nous ne pouvons donc que vous conseiller de fuir à toutes jambes à la moindre mention de ce site. Et si par malheur l’une de vos connaissances s’était faite embobiner, n’hésitez pas à lui partager cet article.

 

Les meilleurs sites pour investir dans les crypto-monnaies

 


Vous avez aimé ce tutoriel ❤ ? Alors vous aimerez également :

Tutoriel eToroTutoriel BinanceTutoriel Bitmex

 

Benjamin

Passionné de crypto à ses heures perdues, Benjamin est un juriste originaire du Sud de la France. Il est également philosophe, et il aime le foot, les échecs et les porte-bonheurs chinois.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdata


2
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
RobinSimon Recent comment authors
plus récents plus anciens
Simon
Lecteur
Simon

Bonjour que risque t’on si nous nous sommes inscrit ?