L’entreprise Kik a fait savoir par un communiqué paru ce jour qu’elle arrêterait de proposer son service de messagerie à succès. Cette décision fait suite à la bataille légale qui a vu le jour autour de son ICO de 2017.

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

 

Kik bataille contre la SEC

On savait Kik en mauvaise posture ces derniers temps. Le service de messagerie était en effet empêtré dans une bataille légale qui l’oppose à la Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur des marchés financiers aux États-Unis. Comme nous vous l’expliquions au mois de juin, la SEC accuse Kik d’avoir trompé ses investisseurs lors de son ICO, notamment en promettant des gains financiers importants.

La SEC estimait également que Kik n’avait pas proposé cette ICO pour les bonnes raisons. Cela aurait été un moyen pour l’entreprise de renflouer ses caisses, à une époque où elle semblait sur le point de s’effondrer et avait prévu de licencier des employés. Depuis la révélation de l’affaire, Kik a essayé de se défendre, notamment en lançant une campagne de financement participatif intitulée « Defend Crypto ».

 

Fermer la messagerie Kik

Mais cette bataille semble avoir malmené les ressources de Kik, qui a été forcée de faire un choix. Selon son fondateur Ted Livingston, qui signe le communiqué, l’entreprise s’est retrouvée épuisée financièrement. Pour continuer à mener son combat légal, elle a donc pris une mesure drastique : « Nous allons fermer l’application Kik ».

En parallèle de cette fermeture, l’entreprise va procéder à des licenciements, pour réduire le nombre d’employés à 19. Kik décide de se concentrer uniquement sur le développement de son altcoin Kin (KIN), afin de « convertir les utilisateurs de Kin en acheteurs de Kin. » Comme le rappelle le communiqué, cette décision va avoir un impact marqué. Kik est une des applications de messagerie les plus utilisées sur le territoire américain. Et les licenciements toucheront « plus de 100 employés, ainsi que leurs familles. »

Livingston semble cependant décidé à se battre pour poursuivre le développement de la crypto Kin. Il explique : « Quel que soit le dénouement pour Kik, Kin est là pour rester. Le Kin opère sur une infrastructure ouverte et décentralisée, qui est gérée par une douzaine d’entreprises indépendantes. Le Kin est une devise utilisée par des millions de personnes sur des dizaines d’applis indépendantes. La SEC peut nous bousculer, mais s’attaquer à l’écosystème Kin global sera un combat bien plus grand. » À l’heure actuelle, l’écosystème Kin profiterait de 600 000 utilisateurs actifs dépensant sa monnaie chaque mois.

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments