Grosbill va bientôt accepter les paiements en Ethereum !

C’est une agréable surprise que nous avons eu aujourd’hui, le français Grosbill, spécialisé dans la vente de matériel informatique et de produits high-tech, vient d’annoncer sa volonté d’accepter prochainement l’ether comme moyen de paiement sur son site ! 

 

 

Grosbill, un géant français dans le domaine high-tech 

Grosbill, est l’un des plus anciens magasins français de vente de matériel high-tech/informatique. Fondé en 1998, il s’est peu à peu érigé en tant qu’incontournable, au coté des autres grands du domaine tels que Cdiscount, Priceminister, Surcouf… Fort de son succès, l’entreprise est rachetée en 2005 par Auchan. La même année, 2 magasins physiques sont ouverts, puis s’en suivre l’ouverture de nouveaux magasins chaque année, en région parisienne et en province. Une belle success story à la française ! 🙂

Aujourd’hui, le site ne connait plus le même succès qu’avant, mais il n’en reste pas moins un incontournable du paysage high-tech français.

 

Ethereum accepté comme moyen de paiement, mais pas bitcoin ! 

Alors qu’habituellement, les marchands qui acceptent les crypto-monnaies choisissent le Bitcoin, Grosbill a décidé de prendre le contre-pied et de se tourner vers Ethereum et sa monnaie l’ether. Si ce choix peut paraître étonnant à première vue, il tombe finalement sous le sens.

 

🔎  Ethereum est un écosystème permettant la création d’applications décentralisées (dApps). La vision, un peu folle on vous l’accorde, de son créateur Vitalik Buterin est la suivante. Créer un écosystème qui fonctionne tout comme Bitcoin grâce à la blockchain, qui ne serait pas limité aux simples transactions, mais extensible à toutes les applications possibles et imaginables, grâce à un langage de programmation. Ethereum utilise l’ether pour faire tourner cet écosystème : cet actif numérique n’a pas vocation à être une monnaie, simplement à rémunérer ceux qui font tourner cet ordinateur géant. 

 

Pourquoi choisir l’ether dans ce cas, si ce n’est pas une monnaie ? Et pourquoi pas Bitcoin ? Les raisons sont simples :

  • Bien que ce ne soit pas son objectif initial, l’ether peut tout à fait être utilisé pour réaliser des transactions, comme son cousin Bitcoin
  • La valeur d’un ether est aujourd’hui très importante et beaucoup de personnes en possèdent
  • Il s’agit de la deuxième crypto-monnaie du classement des plus grandes capitalisations de CoinMarketCap, juste derrière Bitcoin

 

Sur Twitter, des utilisateurs avertis proposent à l’enseigne high-tech de supporter d’autres crypto-monnaies, mais il ne faut pas oublier que la majorité des personnes ne connaissent que Bitcoin et Ethereum. La décision de choisir l’ether peut également faire sens, quand on sait que Bitcoin a présenté quelques limites fin 2017, lors de la saturation du réseau. Une transaction pouvait alors prendre plusieurs jours et coûter plusieurs dizaines de dollars de frais. Rappelons tout de même qu’Ethereum a aussi souffert de problèmes de lenteurs par le passé, notamment lors de l’épisode des CryptoKitties.

 

On peut également imaginer un autre avantage : Grosbill pourrait décider de développer des smart contracts (contrats intelligents) et inscrire des informations dans la blockchain Ethereum de manière irréversible. Ainsi, il serait tout à fait possible d’imaginer l’utilisation de ces contrats auto-exécutants, pour la facturation par exemple !

 

J’espère que cet article vous a plu N’hésitez pas à réagir dans la rubrique commentaires et à vous abonner à la newsletter 🙂



Leon

Léon fait partie de l’équipe des rédacteurs de Cryptoast. Les cryptos et la blockchain il connaît bien, il est tombé dedans en 2013. Il aime avant tout partager sa passion pour ces nouvelles monnaies numériques au travers d’articles pointus et engagés.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdata

 




Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.