Le FBI arrête un développeur Ethereum accusé d’avoir aidé la Corée du Nord à échapper aux sanctions

Corée du Nord

 

Le bureau du procureur du district sud de New York et le FBI ont annoncé le 29 novembre avoir arrêté et inculpé Virgil Griffith à l’aéroport international de Los Angeles. Le développeur Ethereum (ETH) est accusé d’avoir aidé le régime nord-coréen à mettre au point une solution de contournement pour les sanctions économiques imposées au pays.

 

D’importantes accusations

La plainte indique que lors de la Conférence sur la cryptomonnaie en République populaire démocratique de Corée (RPDC), Griffith et d’autres participants ont examiné comment la RPDC pourrait utiliser la technologie de la blockchain et la cryptomonnaie pour blanchir l’argent et échapper aux sanctions, et comment elle pourrait également s’en servir afin de devenir indépendante du système bancaire mondial. Le procureur américain Geoffrey S. Berman a déclaré :

Comme il est avancé, Virgil Griffith a fourni des informations très techniques à la Corée du Nord, sachant que ces informations pourraient être utilisées pour aider la Corée du Nord à blanchir de l’argent et à échapper aux sanctions.

Les sanctions pénales comprennent notamment une amende pouvant aller jusqu’à 1 000 000 de dollars et une peine pouvant aller jusqu’à 20 ans d’emprisonnement. John Demers, procureur général adjoint pour la sécurité nationale, a ajouté :

Malgré les avertissements lui interdisant de s’y rendre, Virgil Griffith se serait rendu en Corée du Nord, l’un des principaux adversaires des États-Unis, où il aurait enseigné à son auditoire comment utiliser la technologie de la blockchain pour échapper aux sanctions.

William F. Sweeney Jr, directeur adjoint du FBI, s’est aussi exprimé en mettant en garde contre le fait que la Corée du Nord ne doit pas obtenir de telles libertés pour des raisons de sécurité à l’échelle internationale :

Nous ne pouvons permettre à qui que ce soit d’échapper aux sanctions, car les conséquences de l’obtention par la Corée du Nord de fonds, de technologies et d’informations pour faire avancer son désir de fabriquer des armes nucléaires mettent le monde en danger.

 

Des accusations justifiées ?

Wills Bentley de Vogeleare, un ami de Griffith, a estimé que les autorités fédérales réagissaient de façon excessive. Pour sa défense, l’accusé a assuré qu’il ne s’y était pas rendu pour leur apprendre à comment contourner les sanctions, mais pour leur enseigner Ethereum, comme il l’a déjà fait auparavant lors de nombreuses conférences similaires dans le monde entier.

Selon sa page LinkedIn, il travaille pour la Fondation Ethereum depuis octobre 2016 en tant que chercheur. D’après son site Web personnel, il affirme que ses objectifs sont de « dénoncer la corruption, de mettre un frein aux abus de pouvoir et de faire en sorte que l’ère numérique ne devienne jamais une dystopie numérique ».

Également connu sous le nom de Romanpoet, Virgil Griffith est également célèbre pour être le créateur du WikiScanner, une base de données consultable publiquement entre 2002 et 2007 et qui reliait des millions d’éditions anonymes sur Wikipedia aux organisations d’où provenaient ces éditions.

 

Le communiqué ajoute que l’accusation formulée dans la plainte n’est qu’une accusation provisoire et que l’accusé est présumé innocent jusqu’à preuve du contraire. À l’heure de l’écriture de cet article, il n’est pas encore possible d’affirmer que le but de Virgil Griffith était réellement d’aider la Corée du Nord à contourner les nombreuses sanctions économiques à son égard.

 

Clément

Achetant son premier Bitcoin en 2017, Clément se rend vite compte de son attirance pour le monde des cryptomonnaies. Il croit fermement en cette technologie et qu'elle révolutionne déjà de nombreux secteurs.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar