Un ex-employé de Kraken exige devant le tribunal une compensation de plus de 900 000 dollars

Un ex-employé de Kraken exige devant le tribunal une compensation de plus de 900 000 dollars

 

Jonathan Silverman, un ex-employé de l’un des plus anciens échanges de Bitcoin, à savoir Kraken, a poursuivi la société en justice, accusant la direction de la plate-forme de ne pas l’avoir payé pour le travail qu’il avait accompli.

Selon le procès intenté le 4 avril, Kraken a embauché Silverman en avril 2017 en tant que responsable des ventes institutionnelles et du trading à New York. En accord avec le CEO de l’échange, Jess Powell, Silverman a touché un salaire de 150 000 dollars par an, mais le demandeur affirme également avoir un accord verbal stipulant que l’échange lui versera 10% des bénéfices annuels du service commercial.

D’après Silverman, ce secteur d’activité a rapporté à Kraken plus de 19 millions de dollars en trois mois et demi en 2017, mais il n’a jamais reçu les commissions promises de 907 631 dollars. Les représentants de l’échange basé à San Francisco démentent catégoriquement les accusations.

«Non seulement il ment, mais il a également violé l’accord de confidentialité», a déclaré la porte-parole de Kraken, Christina Wee.

En avril 2018, après la demande de l’ancien procureur général de New York, Eric Schneiderman, exigeant la divulgation d’informations sur les activités des principaux échanges, Kraken refusa de coopérer avec l’État. Plus tôt, en 2015, l’échange avait annoncé qu’il cesserait ses activités dans l’État de New York, refusant de demander une licence BitLicense.

Dans son procès contre l’échange, Jonathan Silverman conteste également tout cela, arguant notamment que, contrairement à toutes les déclarations publiques, l’activité de la plate-forme OTC Kraken se déroule presque entièrement à New York.

«Ce n’est pas parce que des personnes de l’espace des crypto-monnaies considérent que certaines règles ne leur sont pas applicables, que c’est véritablement le cas», a déclaré l’avocat de Silverman, David Silver, dans une lettre à Bloomberg.

Rappelons qu’en 2018, le nombre de demandes adressées par diverses structures gouvernementales à l’échange Kraken a été multiplié par trois – passant de 160 à 475. En particulier, des demandes de clarification de certains aspects du travail de l’échange ont été envoyées par le Bureau des enquêtes de la National Security Agency, le FBI, la Drug Enforcement Administration, ainsi que les régulateurs financiers tels que la SEC et la CTFC.

Nicolas

Nicolas fait partie de l’équipe des rédacteurs de Cryptoast. Il passe le plus clair de son temps à faire de la veille sur les nouvelles technologies et les cryptomonnaies et il se fera un plaisir de vous faire découvrir ses trouvailles dans des articles sympathiques !

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataEnvoyer un mail


Poster un Commentaire

avatar