La Corée du Nord travaille sur sa propre cryptomonnaie semblable au Bitcoin

 

Corée du Nord

 

La Corée du Nord travaille actuellement sur sa propre cryptomonnaie qui serait conçue pour l’aider à contourner les sanctions économiques qui lui sont imposées et à boycotter un système financier mondial dominé principalement par les États-Unis. La nouvelle a été rapportée par VICE News le 18 septembre.

 

Un moyen de s’affranchir des sanctions économiques

À l’heure actuelle, il y a très peu d’informations sur la future cryptomonnaie de la Corée du Nord, aucun nom officiel ne lui a même été attribué. Alejandro Cao de Benos, le fonctionnaire qui gère les conférences sur la cryptomonnaie et la blockchain sur le territoire nord-coréen affirme que le token est actuellement dans sa phase initiale. Il a déclaré :

Nous en sommes encore aux toutes premières étapes de la création du token. Actuellement, nous sommes dans la phase d’étude des produits qui lui donneront de la valeur. […] Aucun projet de numérisation du won nord-coréen n’est prévu pour le moment.

Cao de Benos a également déclaré qu’une centaine de Nord-Coréens ont eu la possibilité d’assister à la conférence d’avril, y compris des représentants du gouvernement, des employés de la banque publique et des professeurs d’économie. C’est probablement lors de cet événement que l’idée de mettre au point une cryptomonnaie nationale a émergé. Il a expliqué :

Ils voulaient savoir comment utiliser le Bitcoin en remplacement de SWIFT. Ils ne sont pas vraiment dans l’autosouveraineté, mais dans la souveraineté nationale … ils l’ont conçue comme un moyen de faciliter l’indépendance nationale.

 

Une occasion à ne pas manquer pour la Corée du Nord

La semaine dernière, le gouvernement nord-coréen a annoncé la tenue d’une seconde conférence qui prendra place dans sa capitale en février 2020 sur le thème de la blockchain et des cryptomonnaies. Cao de Benos sera à nouveau en charge de la coordination de l’événement. Celui-ci a simplement été baptisé la « Pyongyang Blockchain and Cryptocurrency Conference ».

Bien que tout le monde puisse faire une demande pour y participer, les candidats doivent être pré-approuvés par les officiels avant de pouvoir assister à la réunion, qui a été décrite comme « un environnement exclusif de confidentialité et de contacts avec les plus hauts responsables gouvernementaux et ingénieurs ».

Alejandro Cao de Benos a également affirmé que de grands noms dans des domaines comme l’éducation, la médecine et la finance ont signé des contrats avec le gouvernement nord-coréen pendant la conférence d’avril. Toutefois, aucun d’eux n’a été officiellement annoncé dans la crainte de sanctions internationales à l’encontre des entreprises. Si les informations de Cao de Benos sont véridiques, des entreprises russes et chinoises pourraient être des partenaires potentiels.

 

Cette nouvelle cryptomonnaie ne remplacera pas la monnaie locale, mais permettra vraisemblablement de faciliter les échanges avec les pays partenaires, l’utilisation du dollar américain n’étant plus nécessaire dans ce cas. Victime de très nombreuses sanctions économiques et de difficultés à importer des produits et matières introuvables sur son territoire, la Corée du Nord pourrait peut-être se créer une porte vers l’international en ayant la possibilité de s’affranchir de l’utilisation du dollar. Il se peut que cette cryptomonnaie soit la meilleure solution que la Corée du Nord puisse utiliser afin de continuer son développement sans se soucier des sanctions des États-Unis à son égard. Reste à voir si les dirigeants l’accepteront et si le régime arrivera à trouver des partenaires à l’international sur le long terme afin d’avoir de réels cas d’utilisation.

 

Clément

Achetant son premier Bitcoin en 2017, Clément se rend vite compte de son attirance pour le monde des cryptomonnaies. Il croit fermement en cette technologie et qu'elle révolutionne déjà de nombreux secteurs.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar