Ce que vous devez savoir sur le hardfork de Bitcoin Cash prévu en mai 2018

 

Bitcoin Cash (BCH) est la cryptomonnaie du top 20 qui a connu la plus forte hausse au cours de la semaine dernière. Lors de l’écriture de cet article, un token s’échangeait au prix de 1342 $, et son ATH récent s’élève à 1560 $. À titre de comparaison, le 18 avril 2018, le coût d’un BCH était de 760 $.


Malgré la croissance actuelle, Bitcoin Cash est encore loin de son plus haut niveau, qu’il a atteint en décembre (3650 $). A l’époque, les fans et les promoteurs assuraient que Bitcoin Cash détrônerait le Bitcoin, on aurait appelé cela un flippening. Aujourd’hui, les développeurs semblent avoir dirigé leurs efforts sur le réseau de Bitcoin Cash afin qu’il devienne pratique pour les paiements quotidiens.

La croissance des prix peut s’expliquer par un certain nombre de nouvelles positives, dont la principale est le hardfork prévu le 15 mai 2018.

Qu’est-ce qu’un hardfork ? Il s’agit d’une modification du réseau de la crypto-monnaie, dont le résultat est la création d’une nouvelle blockchain, qui s’accompagne de la création d’une nouvelle crypto-monnaie. Toute personne qui possède la cryptomonnaie originale avant le fork, pourra recevoir une quantité équivalente de tokens sur la nouvelle cryptomonnaie. Par conséquent, quand un hardfork est annoncé, on constate généralement une tendance à la hausse du prix dans les jours et les semaines qui précèdent l’événement.

 


eToro – La meilleure plateforme pour investir dans Bitcoin Cash !

Ce site très simple d’utilisation répondra parfaitement aux attentes des débutants. Inscrivez-vous et commencez à investir dans la crypto-monnaie Bitcoin Cash (BCH) en moins de 5 minutes.


 

Quel est l’objet du hardfork de Bitcoin Cash prévu en mai 2018 ?

Le hardfork de mai de Bitcoin Cash sera la conséquence d’une réunion de sept développeurs qui s’est déroulée en novembre 2017. L’équipe de développement du client de Bitcoin ACB affirme que cette nouvelle fonctionnalité est prioritaire pour le réseau BCH. Voici la déclaration, publiée par le groupe à la suite des résultats de cette réunion :

 

💬 “Notre principale priorité est de continuer à améliorer Bitcoin Cash par rapport au monnaies fiat. Nous voulons le rendre plus fiable, plus évolutif, avec moins de frais et qu’il soit capable de croître rapidement. Cela devrait fonctionner sans complications et sans problèmes. Il devrait être prêt à cela et fournir une base solide sur laquelle les entreprises pourront compter.”

 

Lors de la création du BCH, il a été présenté comme “le meilleur substitut du Bitcoin”. Le principal problème qu’il a résolu était les problèmes de scalabité (montée en charge) du réseau. Si l’on tient compte du fait que les frais sur le réseau Bitcoin sont 10 fois supérieur à ceux de Bitcoin Cash, on peut supposer que l’augmentation future du bloc pourrait creuser encore plus l’écart.

Le réseau Bitcoin peut traiter en moyenne trois à quatre transactions par seconde en raison de la taille de ses blocs. Le bloc du BTC est limité à 1 Mo alors que celui de BCH à 8 Mo, ce qui lui permet de traiter 61 transactions par seconde. Une taille de bloc plus grande signifie que les transactions sur le réseau BCH sont non seulement moins coûteuses, mais aussi plus rapides, en particulier si le réseau Bitcoin venait à être saturé.

Le hardfork de Bitcoin Cash va permettre d’augmenter la taille du bloc à 32 Mo, ce qui augmentera considérablement le nombre de transactions que le réseau BCH sera capable de gérer par seconde.

 

 

Selon Bitcoin ABC, qui représente 62% des nœuds de Bitcoin Cash, 58% de ces nœuds ont déjà été mis à niveau vers une version prête à recevoir la mise à jour. Cette semaine, l’équipe du client Parity va ajouter les modifications du code sur Github.

D’un autre côté, il convient de rappeler que la limitation de la taille des blocs était à l’origine du projet raisonnablement justifiée, ce qui explique pourquoi il n’a pas été décidé d’augmenter la taille des blocs du BTC jusqu’à présent. Tout d’abord, la taille du premier bloc de Bitcoin (1 Mo) avait été sélectionnée pour protéger le réseau contre les attaques DDoS. Deuxièmement, les grands blocs se répandent plus lentement sur le réseau, ce qui peut entraîner une augmentation du nombre de blocs abandonnés et des problèmes de double dépense. Et, troisièmement, avec l’augmentation de la taille des blocs, des équipements plus puissants sont nécessaires pour les miner, ce qui peut conduire à une réduction du nombre de nœuds et donc à une centralisation du réseau.

 

J’espère que cet article vous a plu N’hésitez pas à réagir dans la rubrique commentaires et à vous abonner à la newsletter 🙂



Auteur

Nicolas est passionné par l’univers de la blockchain et des crypto-actifs. Il possède un channel Telegram sur lequel il publie quotidiennement des articles d’actualité en français sur les cryptomonnaies.

tradingview-astast twitter-prgrmmer1

 




Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar