Bakkt testera ses contrats à terme Bitcoin dès le 22 juillet

Bakkt

 

La plateforme  institutionnelle Bakkt commencera à tester son premier produit, le Bitcoin (BTC) délivré physiquement – Physical-Delivered Bitcoinun contrat à terme (futures), le 22 juillet prochain, a annoncé la société dans un post de blog le 13 juin.

Bakkt, qui a connu de nombreux retards en matière de conformité aux réglementations depuis son annonce initiale en août 2018, proposera des contrats à terme comme le premier produit d’une série d’offres à venir, dont tous les détails ne sont pas encore clairs.

Un contrat à terme est un accord permettant de négocier un produit ou un instrument financier particulier à un cours prédéterminé à une date ultérieure spécifiée.

Adam White, directeur de l’exploitation, annonce dans le billet du blog :

« Le 22 juillet, deux jours après le 50e anniversaire d’Apollo 11, Bakkt lancera des tests d’acceptation utilisateurs pour ses contrats à terme sur le Bitcoin cotés et négociés à ICE Futures US et compensés à ICE Clear US.

Ce n’est pas un petit pas. Ce lancement ouvrira la voie à une nouvelle norme d’accès aux marchés des cryptomonnaies. Par rapport à d’autres marchés, la participation institutionnelle à la cryptomonnaie reste limitée en raison de limitations telles que l’infrastructure de marché et la sécurité réglementaire. »

 

M. White a comparé cette décision au premier alunissage en 1969, faisant écho aux obstacles que l’entreprise a dû franchir pour offrir aux investisseurs institutionnels les produits liés aux cryptomonnaies entièrement réglementés qu’elle veut offrir.

L’annonce intervient la même semaine qu’une publication de données montrant que les contrats à terme Bitcoin de CME Group ont atteint un volume record en mai. Dans le même temps, CBOE, le tout premier fournisseur de contrats à terme sur le Bitcoin, cessera d’offrir des contrats lorsque ses contrats définitifs seront réglés plus tard ce mois-ci.

Contrairement aux plateformes traditionnelles, Bakkt réglera donc ses contrats en bitcoins physiques, plutôt qu’en monnaie fiduciaire. Ce qui potentiellement ouvre les portes à de nombreux nouveaux investisseurs.

 


Cet article est traduit de Cointelegraph dans le cadre d’un partenariat entre Cryptoast et ce média international.
Fondé en 2013, Cointelegraph couvre l’actualité des technologies blockchains, des crypto-actifs et des tendances émergentes en matière de fintech.


Clément

Achetant son premier Bitcoin en 2017, Clément se rend vite compte de son attirance pour le monde des cryptomonnaies. Il croit fermement en cette technologie et qu'elle révolutionne déjà de nombreux secteurs.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar