L'exchange crpyto italien BitGrail a déclaré que les bitcoins stockés sur les wallets de l'entreprise ont été saisis par le gouvernement italien, ce qui est confirmé par les déclarations officielles du 15 juin.


Le rapport officiel indique le gouvernement a confisqué les actifs de l'échange suite à une ordonnance du tribunal de Florence le 5 juin. Le montant des biens saisis n'est pas encore signalé.

💬 « Le 5 juin 2018, selon l'ordonnance du tribunal de Florence, les bitcoins contenus sur les wallets de l'entreprise ont été saisis et placés sous le contrôle des autorités judiciaires. Cela en prévision de l'audience de l'affaire sur l'état de faillite de l'échange »

En Février, à la suite d'une, présumée, attaque, l'échange a « perdu » 17 millions de Nano (précédemment Raiblocks XRB). Au cours de l'époque ceux-ci valaient environ 187 millions de dollars. Le PDG de l'exchange, Francesco Fira, a ensuite déclaré la faillite de la société. La cyber-attaque a donné lieu à une audience publique entre les équipes de développeurs Nano Foundation et Bitgrail, qui se sont mutuellement accusées de la vulnérabilité de leurs systèmes.

En avril, plusieurs investisseurs américains possédant des fonds sur l'échange ont déposé un recours collectif contre BitGrail. Ils ont ensuite été rejoints par l'équipe de développeurs Nano. La société a décidé de créer un fond juridique pour fournir à toutes les victimes une représentation contre BitGrail en collaboration avec BonelliErede et Enger. Les victimes du piratage ont formé le groupe BitGrailVictimsGroup et créé une pétition pour une mise en demeure immédiate de l'exchange, craignant d'une nouvelle baisse de la valeur de l'actif. A ce jour, environ 3000 personnes ont signé la pétition.

En mai, l’échange a repris son activité mais a annoncé sa fermeture trois heures plus tard. En effet, la Cour de Florence a demandé à l'entreprise de mettre fin à ses activités avec effet immédiat.

💬 « Malgré le fait que nous ne sommes pas d'accord avec cette décision, nous sommes obligés d'obéir à la loi et cesser toutes les activités de BitGrail immédiatement »

Pour approfondir le cas du « hack » de Bitgrail, nous vous conseillons la vidéo suivante de Decrypt :

 

 

 

J'espère que cet article vous a plu. N'hésitez pas à commenter et à vous inscrire à notre newsletter !

A propos de l'auteur : Robin Berné

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Co-fondateur de Cryptoast, je rédige régulièrement des articles sur le site depuis 2017. Je suis passionné par les crypto-monnaies et je peux passer plusieurs heures par jour à lire et à analyser des documents pour trouver les pépites de demain. J’aime également approfondir mes recherches sur les changements que peuvent apporter les cryptos et les technologies blockchains dans notre vie et nos sociétés, d’un point de vue social et économique.
Tous les articles de Robin Berné.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments