Casa, une startup new-yorkaise de sécurité crypto, propose maintenant des services pour assurer la transmission des Bitcoins (BTC) après la mort de leur détenteur.

 

Où vont les Bitcoins après la mort ?

Si une personne n’a pas fourni les informations permettant d’accéder à son wallet, il y a un risque que ses Bitcoins soient perdus dans les limbes après sa mort. Selon Casa, qui explique sa méthode dans un communiqué, il existe en réalité trois scénarios. Dans le premier, aucune sécurité n’avait été mise en place pour accéder aux BTC. Il devient alors impossible d’accéder aux Bitcoins, et ceux-ci deviennent perdus à tout jamais. Pour rappel, on estime que jusqu’à 20 % des BTC mondiaux sont ainsi inaccessibles, selon une étude du Wall Street Journal.

Dans le deuxième scénario, la personne a fourni les informations de récupération à un de ses proches. Mais il court le risque qu’elles soient volées ou utilisées à des fins malveillantes. Dans le troisième scénario, la personne a confié ses BTC à une partie tierce (exchange ou autre). Cela présente en soi des risques au niveau de la sécurité, et la majorité des entreprises n’ont pas de processus d’héritage en place.

 

Transmettre les BTC aux héritiers

Casa propose donc une solution qui devrait permettre de transmettre automatiquement les tokens aux personnes de son choix. Le communiqué indique : « Nous avons construit un service et protocole d’héritage pour le Bitcoin, qui vous permet de transmettre vos BTC de manière sécurisée à n’importe quelle personne […] tout en minimisant le risque que quelqu’un vole ces fonds avant votre mort. »

Le protocole développé utilise les signatures multiples (multisig) : « La meilleure option est d’avoir un avocat spécialisé en droit successoral qui protège une unique clé client sous la forme d’un hardware wallet, ainsi que les autres documents nécessaires à une bonne transmission des biens. » Casa reconnaît que l’utilisation de tierces personnes pour la sécurité de ses actifs n’est pas une solution privilégiée par la communauté Bitcoin, qui prône l’indépendance. Mais elle peut être nécessaire selon eux : « Nous devons utiliser des tiers (car même les membres de notre famille sont des tiers), si nous ne sommes plus là pour exécuter nos demandes. Le mieux qu’on puisse faire est donc de combiner un modèle de sécurité bien pensé avec un processus technique méticuleusement défini […], puis de combiner le tout avec de solides précautions légales. »

Pour l’instant, la solution d’héritage de Casa n’est disponible qu’aux États-Unis, car elle est calibrée pour ce système légal particulier. Mais elle pourrait faire des petits en Europe, où la question de l’héritage des cryptodevises commence là aussi à être posée.

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Akparo

Un système bien pensé pour éviter le gaspillage et pire le manque. Cela montre encore une fois comment le domaine de la cryptomonnaie devient une priorité absolue 💪