Le géant français du commerce de détail Carrefour a vu ses ventes augmenter après la mise en place d'un système de suivi basé sur la blockchain, a rapporté Reuters le 3 juin.

 

Une réussite qui s'étend à d'autres produits

Le système de suivi basé sur la blockchain de Carrefour permet aux clients de suivre la chaîne d’approvisionnement de 20 articles, y compris la viande, le lait et les fruits, des exploitations aux magasins, permettant ainsi d’éviter les produits contenant des organismes génétiquement modifiés, des antibiotiques et des pesticides. Cette année, la société envisage d’ajouter au système 100 produits supplémentaires, y compris des gammes non alimentaires.

Emmanuel Delerm, le chef de projet en charge de la blockchain pour Carrefour, a déclaré à Reuters que « le pomelo a été vendu plus rapidement que l’année précédente en raison de la blockchain. Nous avons eu un impact positif sur le poulet par rapport au poulet non tracé par la blockchain. »

La société a également révélé que le système de suivi était le plus largement utilisé en Chine, suivi par l'Italie et la France. « Les Millennials achètent moins, mais achètent de meilleurs produits pour leur santé, pour la planète », a déclaré Delerm.

 

Une initiative globale

Carrefour a commencé à travailler sur le système de suivi en collaboration avec IBM en rejoignant le réseau de suivi des aliments d'IBM baptisé Food Trust l'an dernier, avec d'autres chaînes de supermarchés et sociétés de distribution telles que Nestlé SA, Dole Food Co, McCormick and Co., McLane Co, Tyson Foods Inc. et Unilever NV, entre autres.

À la mi-avril, Carrefour et le géant alimentaire suisse Nestlé se sont associés à IBM pour utiliser la technologie blockchain de cette dernière afin de suivre la chaîne logistique de Mousline, la célèbre marque de purée de pommes de terre. Le système permet aux consommateurs de vérifier les variétés de pommes de terre utilisées, les dates et les lieux de fabrication, des informations sur le contrôle de la qualité, ainsi que les lieux et les dates de stockage.

Récemment, le cabinet d'audit Big Four EY a révélé qu'il fournit désormais sa propre solution blockchain pour une nouvelle plateforme qui aide les consommateurs en Asie à déterminer la qualité, la provenance et l'authenticité des vins européens importés.

 


Cet article est traduit de Cointelegraph dans le cadre d’un partenariat entre Cryptoast et ce média international.
Fondé en 2013, Cointelegraph couvre l'actualité des technologies blockchains, des crypto-actifs et des tendances émergentes en matière de fintech.


A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments