DCEP : une crypto-monnaie officielle pour la République populaire de Chine


 

La création d’une crypto-monnaie nationale chinoise a été décidée au cours de la 13e Assemblée Nationale Populaire et annoncée le 9 mars 2018, par Zhou Xiaochuan, directeur de la Banque populaire de Chine. Le lancement de cette crypto-monnaie baptisée DCEP (Digital Currency Electronic Payment) est prévue pour 2019.

Le fait que le gouvernement chinois décide de créer une crypto-monnaie d’Etat alors qu’il a interdit les Initial Coin Offerings (ICO)et qu’il fait la chasse aux mineurs pourrait paraître paradoxal. Pourtant cette stratégie politique s’inscrit parfaitement dans la ligne définie depuis le début des années 2000 avec la mise en place du Bouclier d’or, aussi appelé Great Firewall, en référence à la muraille de Chine, avec pour objectif de maintenir une étanchéité entre l’Internet chinois et l’Internet global. Cette politique de contrôle étatique d’Internet a également expliqué le projet de création par la Chine d’une racine indépendante du contrôle de l’ICANN.

 

Un projet encore en construction

Une équipe de recherche de la Banque populaire de Chine a été créée dès 2014 et la première annonce faisant part de l’objectif d’une crypto-monnaie propre à la Chine remonte au 20 janvier 2016. L’annonce du mois du mars 2018 ne vient que confirmer ce projet en précisant qu’elle sera désignée sous le nom de DCEP et mise en phase de test en 2019. Si ce projet du gouvernement chinois semble se concrétiser, les détails sur les spécifications techniques de la crypto-monnaie, sur les usages auxquels elle sera destinée ou sur les modalités de contrôle des transactions n’ont pas encore été divulgués. Néanmoins, il est fort probable que cette crypto-monnaie soit centralisée et utilise une blockchain ad hoc, voire même un autre système de validation des transactions. Le DCEP ne serait donc pas une crypto-monnaie au sens plein du terme et le recours à la technologie blockchain ou même plus généralement des registres distribués pourrait être limitée à la construction d’un consensus interinstitutionnel.

 

 

Vers un développement de crypto-devises ?

Le terme crypto-monnaie est actuellement contesté par les institutions et les représentants étatiques, notamment en France où le terme crypto-actif est préféré. L’apparition de crypto-devises devrait renforcer cette tendance et marquer une séparation nette entre les crypto-devises, émises par des Etats et les crypto-actifs, émis par des entités privées.

Les crypto-monnaies deviennent progressivement des outils stratégiques de politique monétaire et il est envisageable qu’apparaissent sur le moyen terme des tokens d’entreprises publiques rattachés à des blockchains de crypto-devises. Néanmoins, pour l’instant les États envisageant la création de leur propre crypto-devise ne sont pas systématiquement favorables aux ICO, aux sites d’échanges de crypto-monnaie non certifiés ou encore au minage de crypto-monnaie. A ce titre, le projet de création d’une crypto-devise officielle en Chine s’interprète plus comme une réaction pour contenir le phénomène de développement des crypto-monnaies que comme un accueil favorable de l’écosystème dans son ensemble.

Si le Président du Vénézuela, Nicolas Maduro a créé une crypto-monnaie à travers une ICO en s’appuyant sur des mécanismes de blockchain déjà existants, l’approche de la Chine ou même de la Russie, qui souhaite également créer sa blockchain, devrait être différente et plus axée sur le contrôle des transactions réalisées que sur la recherche de fonds.

 

J’espère que cet article vous a plu ❤ N’hésitez pas à réagir dans la rubrique commentaires et à vous abonner à la newsletter 🙂



Matthieu

Matthieu fait partie de l’équipe des rédacteurs de Cryptoast. Il a un doctorat en droit de la propriété intellectuelle et du numérique. Passionné par le fonctionnement des ICOs et le droit des cryptos, il se fera une joie de partager son expertise sur des sujets comme la fiscalité et les régulations.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdata

 




Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.