L’Afrique se tourne vers le Bitcoin et les cryptomonnaies

Selon les données partagées par Chainalysis, l’Afrique est la plus petite économie de cryptomonnaies du monde, mais elle est aussi une des plus dynamiques du moment. Les marchés de cryptos du continent ont en effet progressé de +1 200 % depuis l’année dernière.

De manière notable, c’est une adoption populaire du Bitcoin et des cryptomonnaies qui semble avoir débuté en Afrique. Tout comme pour les autres régions du monde, les institutionnels mènent la charge, mais ils ne sont pas les seuls. Une part plus importante du volume de transactions correspond en effet à des transactions « de détail » :

Volume transactions cryptomonnaies Afrique

Volume de transactions en pourcentage de tous les transferts. Source : Chainalysis

👉 Retrouvez la liste des pays ayant le plus adopté les cryptomonnaies

Les transactions en pair à pair toujours en hausse

Les plateformes de transferts en pair à pair (P2P) de cryptomonnaies sont aussi particulièrement populaires en Afrique. Leur usage est par ailleurs plus diversifié, selon le rapport :

« Beaucoup d’utilisateurs de cryptomonnaies africains se basent sur les plateformes P2P non seulement pour accéder aux cryptomonnaies, mais aussi pour des versements et même des transactions commerciales. »

Il suffit de voir les volumes de transaction des devises africaines sur LocalBitcoins et Paxful pour se convaincre de la place qu’ont pris les transactions en pair à pair en Afrique :

Volume cryptomonnaies P2P Afrique

Source : Chainalysis via Useful Tulips

C’est par ailleurs confirmé lorsqu’on met en regard la part des transactions effectuées en pair à pair avec celle des autres régions du monde :

Comparaison transactions P2P cryptos monde

Source : Chainalysis

Par ailleurs, les échanges en P2P se font parfois sur des plateformes non liées aux cryptomonnaies, avec des réseaux Telegram et WhatsApp qui seraient particulièrement dynamiques. Ces échanges ne peuvent bien sûr pas être analysés, c’est pourquoi on peut estimer que le volume en P2P de la région est encore plus élevé que ce qui est estimé.

Découvrir notre Groupe Privé

Du contenu à haute valeur ajoutée et rapide à consommer

Les raisons de ce dynamisme

Selon Chainalysis, les raisons de cette prédisposition pour les transferts en pair à pair sont multiples. D’une part, certains pays comme le Nigeria et le Kenya ont mis des barrières aux utilisateurs qui souhaiteraient se procurer des cryptomonnaies via leurs services bancaires. Les échanges en P2P permettent donc de contourner ces limitations.

Les cryptomonnaies sont aussi utilisées pour envoyer de l’argent en Afrique depuis d’autres pays du monde. En 2019, il a été estimé que les pays subsahariens ont reçu 48 milliards de dollars depuis d’autres pays. Les cryptomonnaies permettent donc d’effectuer une partie de ces versements de manière rapide, et surtout à moindres frais.

Éviter les limitations des monnaies fiat

D’autres usages se sont également développés. Les utilisateurs de cryptomonnaies s’en servent pour importer des biens à vendre sur le continent. Il peut être difficile pour un vendeur africain de rassembler suffisamment de monnaie fiat pour payer un fournisseur situé en Chine par exemple. Le Bitcoin et les cryptomonnaies permettent ainsi de dépasser ces limitations.

Enfin, les conditions économiques locales poussent aussi bien sûr les habitants d’Afrique à se tourner vers les cryptomonnaies. Certains pays font face à une inflation particulièrement forte, les actifs cryptos permettent donc de préserver la valeur des économies de leurs utilisateurs.

Au Nigeria, si l’on met en regard l’évolution du prix du naira avec les volumes d’échange de cryptomonnaies, le graphique est particulièrement parlant :

Naira nigérien évolution VS volume P2P cryptomonnaies

Source : Chainalysis

La tendance se retrouve aussi au Kenya : lorsque le cours du shilling kenyan baisse, les volumes de transaction en pair à pair grimpent.

Tous ces éléments montrent donc qu’en Afrique, les cas d’utilisation ont été multiples et ont permis une certaine démocratisation des cryptomonnaies. Le continent pourrait donc être une région particulièrement cruciale pour la propagation de ces actifs dans les années à venir.

👉 À lire – Nigeria : cette école accepte les cryptomonnaies pour le paiement des frais de scolarité

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédactrice en chef adjointe sur Cryptoast, je suis tombée dans la marmite des cryptomonnaies il y a quelques années. Je suis passionnée par les technologies novatrices qui découlent de la blockchain et j'aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Jojo

Chouette article ! N'oubliez pas de mentionner le partenariat blockchain entre l'Éthiopie et Cardano ! Et ce n'est que le début.